NOUVELLES

Développement durable : la CNUCED appelle à aider l'Afrique

13/06/2012 11:01 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

La CNUCED a lancé un appel à l'aide mercredi aux pays développés pour qu'ils aident l'Afrique à mettre en place un système de développement durable.

Dans son rapport 2012 sur le développement économique en Afrique, la CNUCED, l'organe des Nations Unies qui s'occupe du commerce et du développement, préconise "une stratégie africaine de transformation structurelle durable".

Selon ses experts, l'industrialisation tardive de l'Afrique "pourrait constituer une chance", mais le continent "devra être aidé sur les plans financier et technologique pour parvenir à une transformation économique efficace", et rationnelle sur le plan écologique.

Le monde entier afflue en Afrique, en quête de ressources naturelles, alors que ce continent n'en consomme que très peu, moitié moins que la moyenne mondiale, relève la CNUCED. "Les 13,4% de la population mondiale qui vivaient en Afrique en 2008 n'utilisaient que 5,5% des ressources mondiales consommées".

Selon la CNUCED, il est inévitable que la consommation africaine augmente dans les prochaines années, et cela nécessitera une "planification rigoureuse et un renforcement de l'aide financière et des transferts de technologie internationaux".

Il s'agit, selon la CNUCED, de "moderniser les économies du continent africain" sans "répéter les erreurs commises dans d'autres pays au début de l'industrialisation". L'expérience a en effet montré qu'une industrialisation poussée se fait souvent au détriment de l'écologie.

Selon les experts de la CNUCED, chaque pays africain devra mettre "au point des stratégies et des politiques en fonction de ses priorités sectorielles, de ses ressources, de ses problèmes d'environnement, de sa situation de départ et de ses capacités intérieures". Certains pays ont déjà progressé dans cette voie, comme le Kenya, l'Ile Maurice, et l'Afrique du Sud.

Le rapport exhorte aussi les pays africains à avoir recours dès que possible aux énergies renouvelables, comme l'éolien, le solaire et l'hydroéelectrique, chaque "fois que ces sources d'énergie sont économiquement et écologiquement viables".

Et de citer le cas de Madagascar, qui a mis en place un système de culture du riz, qui utilise très peu d'eau, et davantage de fertilisants organiques, ce qui a permis une meilleure productivité.

mnb/pjt/pb

PLUS:afp