NOUVELLES

Yémen: l'entourage de l'ex-président Saleh visé par l'ONU

12/06/2012 12:56 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mardi à l'unanimité une résolution menaçant de sanctions les mouvements qui mettent en danger la transition politique au Yémen, visant sans le nommer l'entourage de l'ex-président Saleh.

Le Conseil exige la fin des attaques et des "ingérences" dans les efforts du gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi visant à nommer de nouveaux responsables à la tête des forces armées et à réunir une convention nationale rassemblant les différentes factions rivales.

Même s'ils ne sont pas nommés dans le texte, la famille et les partisans de l'ancien président Ali Abdullah Saleh sont directement visés par la résolution 2051, selon des diplomates. D'importantes unités de l'armée sont en effet toujours commandées par des proches de l'ex-président.

Ces derniers "feraient mieux de lire très attentivement cette résolution", a observé devant la presse l'ambassadeur du Royaume-Uni auprès de l'ONU, Mark Lyall Grant.

La résolution "stipule que les empêcheurs de tourner en rond, ceux qui essayent de perturber la transition, le dialogue national et le gouvernement d'union nationale, seront tenus responsables", a ajouté M. Lyall Grant.

Des diplomates ont souligné l'unité de la communauté internationale sur cette question, relevant que la Chine et la Russie avaient approuvé cette résolution, alors qu'elles s'opposent depuis plus d'un an à une condamnation de la répression en Syrie.

Dans leur résolution, les 15 pays membres du Conseil "exigent la fin de toutes les actions visant à saper l'autorité du gouvernement d'union nationale et la transition politique" après le départ en février du président Saleh, qui a dirigé le pays pendant 33 ans.

Le Conseil réclame la fin des attaques contre les infrastructures pétrolières, gazières et d'électricité et se dit prêt à envisager "d'autres mesures" sous l'article 41 de la Charte des Nations unies si ces agressions se poursuivent. Cette disposition autorise l'application de sanctions principalement économiques (gel d'avoir, interdiction de voyage).

Le Conseil condamne aussi les attentats menés par Al-Qaïda, alors que l'armée yéménite a affirmé mardi avoir chassé l'organisation islamiste de deux de ses fiefs dans le sud du pays.

La prix Nobel de la Paix yéménite Tawakkol Karman, présente à New York, a salué la résolution du Conseil de sécurité et réclamé le départ des partisans de M. Saleh de la direction de l'armée.

"Des membres de la famille Saleh dirigent l'armée et la police et la résolution du Conseil de sécurité dit clairement que cela doit changer", a-t-elle déclaré devant la presse.

En direction de l'actuel gouvernement, la résolution appelle aussi à adopter rapidement une réforme du système judiciaire afin de soutenir les efforts de réconciliation nationale. Le Conseil de sécurité appelle le président Hadi à promulguer les lois permettant d'organiser des élections nationales en 2014.

tw/bar/eg

PLUS:afp