NOUVELLES

Tunisie/violences: plainte officielle contre l'exposition controversée

12/06/2012 02:46 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Le ministre tunisien de la Culture Mehdi Mabrouk a annoncé mardi qu'il allait porter plainte contre les organisateurs de l'exposition "Printemps des Arts", dont des oeuvres jugées offensantes pour l'islam ont déclenché une série de violences dans plusieurs villes tunisiennes.

"Une plainte pour atteinte aux valeurs du sacré sera déposée contre l'association qui a organisé l'exposition", a déclaré M. Mabrouk lors d'une conférence de presse, ajoutant que le palais Abdellia à La Marsa (banlieue nord de Tunis) où étaient exposées les oeuvres serait fermé jusqu'à la désignation d'une administration". Le palais est un monument historique prêté à des associations culturelles mais qui n'a pas d'administration à proprement parler, a-t-il souligné.

"Quelques oeuvres contenaient des agressions contre les valeurs du sacré", a poursuivi M. Mabrouk en évoquant une "provocation artistique" et en accusant les organisateurs "de n'avoir pas respecté leurs engagements moraux et juridiques".

Le Printemps des Arts de La Marsa, la plus grande manifestation d'arts plastiques en Tunisie, s'est tenue du 2 au 10 juin. Lors de la dernière journée de la manifestation dimanche, un huissier de justice a réclamé le décrochage d'oeuvres jugées offensantes pour l'islam. Dans la même soirée, un groupe d'inconnus s'est introduit dans le palais Abdellia et a détruit des oeuvres. Lundi soir, des violences ont éclaté dans plusieurs villes tunisiennes et des groupes salafistes ont appelé à manifester

Selon le directeur de l'exposition "Printemps des Arts" Luca Luccatini, qui a lui-même porté plainte contre les dégradations, les oeuvres incriminées sont notamment une toile de l'artiste Mohamed Ben Slama représentant une femme quasi nue avec en arrière plan des hommes barbus.

Une autre oeuvre litigieuse montre le visage d'un salafiste en colère, façon bande dessinée.

ms-cf/sba

PLUS:afp