NOUVELLES

Tunisie: le ministre de l'Intérieur hausse le ton contre les extrémistes

12/06/2012 03:05 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

TUNIS, Tunisie - Le ministre tunisien de l'Intérieur, Ali Larayedh, a accusé mardi des «extrémistes de gauche comme de droite» d'être derrière les violences qui secouent le pays depuis deux jours.

Devant l'Assemblée nationale constituante, le ministre a également accusé «les partisans de l'ancien régime» de vouloir entraver le processus de transition démocratique en Tunisie.

Il a aussi mis en cause les «réseaux criminels» de trafic de stupéfiants et de vente clandestine des boissons alcoolisées, ainsi que des pilleurs qui trouvent leur intérêt dans les situations troubles.

Le ministre de l'Intérieur a adressé une sévère mise en garde à «tous les fauteurs de troubles de quelque bord qu'ils soient», les avertissant qu'ils n'échapperaient pas à la loi.

«Qu'ils s'agisse de salafistes qui veulent imposer leur idéologie aux autres ou qu'ils soient d'autres horizons, nous disons que nul n'est au-dessus de la loi, qui sera appliquée sans détour. Nous ferons face à tous les dépassements qui menacent l'ordre public avec tous les moyens», a-t-il affirmé.

Lors d'une conférence presse, le porte-parole du gouvernement, Samir Dilou, a qualifié d'«injustifiables» et «graves» les agressions perpétrées contre les établissements publics, dont des tribunaux, des postes de police et des locaux de partis politiques et de syndicats.

PLUS:pc