NOUVELLES

Syrie: les observateurs de l'ONU disent avoir essuyé des tirs près de Haffé

12/06/2012 12:36 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Les observateurs des Nations unies déployés en Syrie ont affirmé mardi que trois de leurs véhicules avaient "essuyé des tirs" près de la localité de Haffé, dans la province de Lattaquié (nord-ouest).

"Les observateurs de l'ONU qui tentaient de se rendre à Haffé ont dû faire face à une foule en colère entourant leurs véhicules, les empêchant de poursuivre leur chemin. Cette foule, qui semble être composée d'habitants de la région, a lancé ensuite des pierres et des barres de métal sur les voitures de l'ONU, affirme la Mission de supervision de l'ONU en Syrie (Misnus) dans un communiqué.

"Les observateurs ont rebroussé chemin. Trois des véhicules de l'ONU ont essuyé des tirs alors qu'ils se dirigeaient vers la région d'Idleb", plus au nord, ajoute le communiqué. "La source des tirs n'est pas encore claire", précise-t-on.

"Tous les observateurs sont maintenant dans leurs bases et sains et saufs", poursuit le communiqué affirmant que les observateurs "tentent depuis le 7 juin de se rendre à Haffé et qu'ils en ont été empêchés par les violences qui se poursuivaient dans cette région".

Peu auparavant, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane avait indiqué que les habitants du village proche de Chir, qui soutiennent le régime, "ont empêché" les observateurs de l'ONU d'arriver à Haffé en s'allongeant sur la route.

Les forces du régime bombardaient mardi violemment cette localité de la province de Lattaquié, suscitant les craintes d'un vaste massacre. L'OSDH a fait état de "dizaines de blessés, dont certains grièvement" mardi dans ces bombardements, qui ont été lancés il y a huit jours par les forces du régime qui veulent prendre le contrôle de cette région.

L'agence officielle Sana a accusé pour sa part les observateurs de l'ONU d'avoir renversé en voiture des habitants de Chir, "blessant trois d'entre eux".

"Les habitants de la province de Lattaquié ont tenté de raconter leurs souffrances, provoquées par les groupes terroristes armés, à une équipe d'observateurs qui passait dans leur village. Mais ceux-ci ne les ont pas écoutés et (...) les ont écrasés avec une de leur voiture", a affirmé l'agence.

rm/vl

PLUS:afp