NOUVELLES

Syrie: 15 mois de révolte et de répression sanglante

12/06/2012 01:50 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

La Syrie est en proie depuis le 15 mars 2011 à une révolte populaire contre le régime de Bachar al-Assad qui s'est militarisée au fil des mois face à la répression menée par les troupes régulières.

Plus de 14.400 personnes, en majorité des civils, ont péri en 15 mois, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

--2011--

- 15-16 mars: A Damas, rassemblements à l'appel d'une page Facebook pour "une Syrie sans tyrannie, sans loi d'urgence ni tribunaux d'exception", point de départ du mouvement de contestation.

- 18-27 mars: Manifestations réprimées à Damas, Banias (nord-ouest) et Deraa (sud), foyer de la contestation (100 morts, le 23).

- 18 avr: Damas dénonce une "rébellion armée de groupes salafistes".

- 25-26 avr: La contestation s'étend et se radicalise avec des appels à la chute du régime. En juin, l'armée se déploie près de l'Irak, de la Turquie puis du Liban.

- 15 juil: Plus d'un million de manifestants anti-régime, notamment à Hama (centre) et Deir Ezzor (est). Le 31, 100 morts lors d'une offensive de l'armée à Hama.

- 18 août: Barack Obama et ses alliés occidentaux appellent Assad à partir. Plusieurs séries de sanctions adoptées contre le régime.

- 2 oct: Lancement du Conseil national syrien (CNS) réunissant les principaux courants de l'opposition.

- 16 nov: Un centre des services secrets près de Damas attaqué par l'Armée syrienne libre (ASL), opposition armée dont la création a été annoncée en juillet par Riad Assaad, déserteur réfugié en Turquie.

--2012--

- 1er mars: L'armée prend le contrôle de Baba Amr, bastion de la rébellion à Homs (centre), après des semaines de siège et de bombardements. Le 14, l'armée reprend Idleb (nord-ouest).

- 21 mars: Déclaration de l'ONU soutenant la médiation de l'émissaire international Kofi Annan. Outre un cessez-le-feu, le plan Annan prévoit notamment le retour de l'armée dans les casernes, la libération des détenus, le respect du droit à manifester et un dialogue pouvoir/opposition.

- 7 et 9 avr: Plus de 230 morts.

- 12 avr: Entrée en vigueur du cessez-le feu prévu par le plan Annan, ignoré depuis.

- 14 et 21 avr: Résolutions du Conseil de sécurité (2042) et (2043) autorisant le déploiement de 30 observateurs, puis de 300.

- 10 mai: Double attentat suicide à la voiture piégée à Damas (55 morts et 372 blessés).

- 25 mai: Au moins 108 personnes, dont 49 enfants et 34 femmes, sont massacrées à Houla (centre). La rébellion et le régime s'accusent mutuellement. Le Conseil de sécurité condamne Damas. Un haut responsable de l'ONU affirme avoir de "forts soupçons" sur l'implication des "chabbiha" (miliciens pro-régime).

- 29 mai: 98 morts, dont 13 "exécutés" dans la région de Deir Ezzor (OSDH).

- 6 juin: Au moins 55 morts dont des femmes et des enfants dans un nouveau massacre à Al-Koubeir (centre), attribué par le CNS et l'OSDH au régime qui dément.

- 11 juin: 111 tués dont 79 civils (OSDH).

- 13 juin: L'ASL se retire de Haffé (nord-ouest), après huit jours de bombardements. D'après un haut responsable de l'ONU, Paris estime que la Syrie se trouve en situation de "guerre civile".

- 14 juin: Au moins 84 morts (OSDH). Amnesty accuse le régime de commettre des "crimes contre l'humanité" afin de se venger des communautés soupçonnées de soutenir les insurgés.

- 15 juin: La France affirme que la Russie est engagée dans des discussions sur l'après-Assad, Moscou nie. Après Washington, Paris envisage de fournir des moyens de communication aux opposants.

acm/rm/feb

PLUS:afp