NOUVELLES

Quinze civils tués, la localité de Haffé de nouveau bombardée (ONG)

12/06/2012 07:29 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Au moins quinze personnes ont été tuées par les bombardements des troupes syriennes de plusieurs localités du pays, dont celle de Haffé et de Homs, où des militants craignent un nouveau massacre.

"Haffé et les villages voisins sont bombardés par les troupes régulières qui tentent depuis sept jours de prendre d'assaut la région", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Les forces du régime envoient des renforts et se préparent à attaquer Haffé", a déclaré à l'AFP le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane en affirmant que des centaines de rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) s'y trouvaient.

Haffé, dans la province de Lattaquié (nord-ouest), est considérée comme stratégique en raison de sa proximité avec Qardaha, ville natale du président Bachar al-Assad.

Selon une militante sur place, "les chars de l'armée sont aux portes de la ville" désertée par la majorité de ses 30.000 habitants.

Les Etats-Unis se sont dits inquiets lundi que le régime ne prépare un nouveau massacre à Haffé et l'émissaire international Kofi Annan et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ont réclamé un accès de l'ONU à la localité.

Ailleurs dans le pays, dix civils ont été tués dans la chute d'obus de mortier sur le quartier d'Al-Jbeiblé dans la province de Deir Ezzor (est), a indiqué l'OSDH en faisant état d'un assaut des forces armées de la localité al-Achara où elles ont procédé à des perquisitions.

Dans la province d'Alep (nord), plusieurs localités dont Hreitane, sont la cible de violents bombardements des troupes du régime, après des combats aux portes de cette villes entre rebelles et soldats dont plusieurs ont été tués, a précisé l'ONG.

De nombreuses habitations ont été détruites dans le pilonnage et les habitants prennent la fuite, selon des militants.

Dans la province de Homs (centre), les forces du régime ont lancé des attaques tuant au moins cinq civils, deux dans des bombardements à Rastane et trois autres ont péri dans la région de Qousseir.

"La situation est horrible", a affirmé Abou Bilal, un militant à Homs, via skype, affirmant qu'il y avait 400 civils dont des femmes et des enfants, pris au piège dans une école à Jouret al-Chiyah.

"Il n'y a pas de rebelles, mais les bombardements se poursuivent, nous craignons un grand massacre. Il y a au moins 50 blessés qui ont besoin d'être soignés dans le vieux Homs. Nous demandons aux combattants de l'ASL de nous ouvrir une route", a-t-il ajouté.

Toujours à Homs, des combats font rage entre forces régulières et combattants rebelles près du village Ghanto. Les forces armées bombardent également le quartier de Khalidiyé, tentant de le prendre d'assaut.

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), des combats ont eu lieu entre soldats et rebelles près de la ville de Saraqeb, selon l'OSDH.

Selon l'OSDH, 111 personnes ont été tuées dont 79 civils lundi dans les violences qui se sont intensifiées ces derniers jours avec un nombre croissant de victimes.

ser-rm/tp

PLUS:afp