MOSCOU - Plusieurs dizaines de milliers de Russes se sont rassemblés mardi dans le centre de Moscou pour la «Marche des millions», première grande manifestation de l'opposition depuis l'investiture du président Vladimir Poutine le 7 mai.

Après un rassemblement sur la place Pouchkine à midi, la manifestation a débuté à 13 h entre le boulevard Strastnoï et l'avenue Sakharov. La manifestation a été autorisée jusqu'à 18 h pour 50 000 participants. Les manifestants étaient 120 000 selon les organisateurs, et 20 000 selon la police.

La manifestation intervient alors que des personnalités de l'opposition, dont l'avocat et blogueur anticorruption Alexeï Navalny, les chefs de file de la gauche Sergueï Oudaltsov et Ilia Yachine, ainsi qu'une vedette de la télévision, Xenia Sobtchak, ont été convoqués le même jour pour un interrogatoire par le Comité d'enquête russe, au lendemain des perquisitions menées à leur domicile.

Le Comité d'enquête dit vouloir «établir leur rôle dans la préparation et l'organisation de la "Marche des millions"» et les entendre concernant les incidents survenus à Moscou le 6 mai.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes avaient manifesté ce jour-là dans la capitale, la veille de l'investiture de Vladimir Poutine. Des incidents ont éclaté et plus de 400 manifestants ont été arrêtés sans ménagement. La police a encore interpellé des centaines de militants dans les jours qui ont suivi.

L'opposition a dénoncé la convocation de ses chefs de file le jour même de la Marche des millions. Sergueï Oudaltsov ne s'est pas rendu à la convocation du Comité d'enquête, expliquant sur Twitter que son devoir était de se rendre à la manifestation en tant que co-organisateur. Il risque maintenant d'être arrêté.

Ilia Yachine s'est quant à lui rendu au siège du Comité d'enquête. «Je ne sais pas si je sortirai de là libre ou menotté», a-t-il déclaré devant la presse. «Le gouvernement fait tout son possible pour que je n'aille pas» à la manifestation, a-t-il souligné.

Vladimir Poutine s'emploie à étouffer la contestation depuis son retour à la présidence. Le 8 juin, le chef du Kremlin a promulgué une loi antimanifestations qui multiplie par plus de 150 le montant de l'amende pour participation à un rassemblement non autorisé. La manifestation de mardi, autorisée par la municipalité de Moscou, était encadrée par un important dispositif policier.

Sergueï Parkhomenko, journaliste connu qui a contribué à l'organisation de la manifestation, a dit s'attendre à des incidents. Les autorités «seraient contentes d'organiser quelque provocation» afin de discréditer les manifestants, a-t-il estimé.

Pour certains responsables de l'opposition, la nouvelle loi restreignant les manifestations va décourager les Russes de la classe moyenne qui se sont joints aux cortèges par dizaines de milliers cet hiver, après la victoire du parti de Vladimir Poutine aux élections législatives de décembre 2011, entachées d'irrégularités. D'autres estiment que cela va au contraire alimenter la colère de la population.

Loading Slideshow...
  • Des dizaines de milliers de manifestants protestaient contre le troisième mandat de Vladimir Poutine, scandant «La Russie sera libre».

  • Les manifestants dénonçaient les politiques de Vladimir Poutine, une première depuis son assermentation.

  • Vladimir Poutine

    Pendant ce temps au Kremlin, le président Vladimir Poutine prononçait un discours et remettait des décorations.

  • Ilya Yashin

    Avant la manifestation, plusieurs leaders de l'opposition russe ont été convoqués par les autorités pour un être interrogés, un geste que plusieurs ont qualifié de tentative d'intimidation.

  • Anastasiya Udaltsova

  • Kseniya Sobchak et Ilya Yashin

    L'activiste de l'opposition et animatrice à la télévision Kseniya Sobchak, fille de l'ancien maire de Saint-Pétersbourg Anatoly Sobchak, s'est présentée pour son interrogatoire avec les autorités russes en compagnie du leader de l'opposition Ilya Yashin.

  • Kseniya Sobchak,Ilya Yashin