NOUVELLES

Le Pentagone défend un accord avec une firme russe vendant des armes à Damas

12/06/2012 05:42 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Le Pentagone a défendu mardi un contrat passé avec un fabricant d'armes russe pour fournir des hélicoptères à l'armée afghane, après des critiques pointant le fait que la même société a vendu des armes au régime syrien.

Des sénateurs américains ont critiqué ce contrat passé par le Pentagone avec la société Rosoboronexport, mais des responsables militaires américains ont assuré qu'il s'agissait du seul moyen de renforcer la flotte d'hélicoptères russes de l'armée afghane.

"Nous n'achetons pas des hélicoptères pour le régime syrien. Nous achetons des hélicoptères pour soutenir l'armée de l'Air afghane", a déclaré le responsable des relations avec la presse du Pentagone George Little.

Le sénateur John Cornyn s'était indigné dans une lettre adressée au secrétaire à la Défense Leon Panetta lundi de l'achat d'hélicoptères Mi-17 pour l'Afghanistan auprès de Rosoboronexport.

Dans le cadre de ce contrat, les Etats-Unis prévoient d'acheter 21 de ces appareils à Rosoboronexport d'ici 2016 pour un montant de 375 millions de dollars pouvant même atteindre 550 millions en cas d'exercice d'options d'achats supplémentaires.

"Ce contrat est la seule méthode légale pour le département de la Défense pour fournir ces appareils et des pièces détachées sûres et fiables à l'armée afghane", a souligné pour sa part John Kirby, porte-parole du Pentagone.

Sous-secrétaire à la Défense pour les questions politiques, James Miller a reconnu dans un courrier adressé aux parlementaires américains que "Rosoboronexport continu(ait) à fournir des armes et des munitions au régime d'Assad (...) et qu'il y a(vait) des preuves que ces armes étaient utilisées par les forces armées syriennes contre la population civile".

Mardi, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a fait part de l'inquiétude des Etats-Unis à propos d'informations faisant état de l'envoi d'hélicoptères d'attaque russes à la Syrie, et a accusé Moscou de mentir à propos de ses livraisons d'armes.

ddl/mdm/gde

PLUS:afp