NOUVELLES

Le G20 doit aussi s'occuper des "crises oubliées" qui frappent les pauvres (ONG)

12/06/2012 01:43 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Plusieurs ONG ont appelé mardi les dirigeants du G20 à profiter de leur prochain sommet prévu au Mexique les 18 et 19 juin pour s'intéresser aux "crises oubliées" qui frappent les populations les plus pauvres dans le monde, et pas seulement aux problèmes de l'Europe.

"Nous voulons un G20 qui se concentre sur la croissance. Mais il y a des crises oubliées qui ont impact sur les pauvres", a déclaré Sam Worthington, président d'InterAction, la plus importante coalition d'ONG basées aux Etats-Unis, lors d'une téléconférence avec plusieurs autres organisations.

Le G20 doit encourager une croissance qui "inclut tout le monde", mais aussi porter son attention sur les changements climatiques, l'impact des biocarburants, la lutte contre la corruption, la sécurité alimentaire, en particulier celle des enfants, a ajouté M. Worthington.

"Il y a des crises qui ne sont pas nécessairement discutées au G20 mais qui sont au coeur de la vie de milliards de personnes à travers le monde", a-t-il souligné.

Depuis 2009, les pays du G20 "promettent régulièrement d'oeuvrer pour une croissance équilibrée, durable et solide, mais ils manquent tout aussi régulièrement à leur engagement", a regretté Steve Price-Thomas, le coordinateur G20 de l'organisation Oxfam.

Ce sujet "n'intéresse pas seulement l'Europe, mais le monde entier, et en particulier les pays en développement, parce que les pays pauvres ont atteint les limites de leurs capacités financières à se défendre contre la crise mondiale provoquée par les riches", a-t-il ajouté.

ag/jm/eg/lor

PLUS:afp