NOUVELLES

La FIFA s'inquiète du sort de joueurs palestiniens incarcérés en Israël

12/06/2012 11:23 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Le président de la Fédération internationale de football (Fifa) Joseph Blatter a exhorté mardi la Fédération israélienne (IFA) à intervenir "urgemment" auprès des autorités pour améliorer le sort de joueurs palestiniens "détenus de manière prétendument illégale" en Israël.

"Dans une lettre à la Fédération israélienne de football (IFA), le président de la FIFA Joseph S. Blatter a exprimé aujourd'hui (mardi) sa grave préoccupation et son inquiétude au sujet de la détention présumée illégale de joueurs de football palestiniens (...) en violation apparente de leur intégrité et des droits de l'homme et apparemment sans le droit à un procès", déclare la Fifa dans un communiqué.

La Fédération internationale mentionne notamment le sort de Mahmoud Sarsak, "qui est dans un état de santé très délicat en raison du fait qu'il observe une grève de la faim depuis environ 90 jours pour protester contre sa détention illégale présumée".

Lundi, l'administration pénitentiaire israélienne a annoncé que, Sarsak, 25 ans, avait cessé sa grève de la faim, ce que contestent sa famille et les institutions représentant les prisonniers palestiniens.

Cet espoir du football palestinien a été arrêté le 22 juillet 2009 par les forces israéliennes en tant que "combattant ennemi" au terminal d'Erez, entre la bande de Gaza et Israël, alors qu'il partait jouer pour un club de Cisjordanie.

La Ligue des droits de l'Homme (LDH), le Rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'Homme dans les Territoires palestiniens occupés, Richard Falk, ou Amnesty international, entre autres, ont exhorté Israël à le libérer.

Depuis fin mai, Mahmoud Sarsak absorbe du glucose et des vitamines. Mais sa famille, qui n'a jamais pu lui rendre visite, craint le pire.

"Au vu de la gravité de la situation, la FIFA appelle urgemment l'IFA à attirer l'attention des autorités israéliennes compétentes dans ce dossier, afin de garantir l'intégrité physique des joueurs concernés ainsi que leur droit à un procès", ajoute la Fifa dans son communiqué.

gf/jfm

PLUS:afp