NOUVELLES

Israël poursuit sa campagne d'arrestations de clandestins pour les expulser

12/06/2012 10:10 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

La police de l'immigration israélienne poursuivait mardi sa traque contre les clandestins venus d'Afrique, ayant appréhendé au total 240 étrangers en situation irrégulière depuis dimanche matin en vue de les expulser, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

"Nos services ont arrêté aujourd'hui 100 immigrés clandestins. Par ailleurs, 300 autres ont présenté une demande pour partir volontairement", selon un nouveau bilan de la porte-parole du ministère.

Ces arrestations portent à 240 le nombre d'étrangers en situation irrégulière appréhendés depuis dimanche --la plupart originaires du Soudan du Sud-- dans le cadre d'une opération spéciale en vue de leur expulsion.

"Cette semaine, nous financerons leurs billets d'avion et nous octroierons 1.000 euros à chacun des adultes acceptant de repartir chez eux avec leurs enfants. Cette offre n'est valable que pour la semaine en cours", a précisé Sabine Hadad, porte-parole du ministère.

L'opération, baptisée "Retour à la maison" et conduite par 130 agents du ministère de l'Intérieur, doit se poursuivre surtout dans la région de Tel-Aviv et la station balnéaire d'Eilat sur le littoral de la mer Rouge, à la frontière égyptienne, où de nombreux immigrés travaillent dans le secteur du tourisme, selon les médias israéliens.

Le gouvernement israélien a décidé d'expulser 1.500 Sud-Soudanais en situation irrégulière après avoir reçu le feu vert de la justice la semaine dernière.

La présence en Israël de quelque 60.000 immigrés clandestins, la plupart venus de la Corne de l'Afrique via le Sinaï égyptien, a provoqué en mai des violences racistes qui ont divisé le pays.

Le ministre de l'Intérieur Elie Yishaï, chef du parti religieux Shass, a affirmé mardi que les raids en cours n'étaient "que le commencement".

"Pour le moment, nous ne pouvons expulser que les ressortissants du Soudan du Sud et de Côte d'Ivoire. La prochaine étape est le départ d'Israël de tous les clandestins d'Erythrée et du Soudan", a plaidé le ministre dans le quotidien progouvernemental Israël HaYom.

Leur permettre de rester signifierait "la fin du rêve sioniste", a-t-il estimé.

A Eilat, où sont installés quelque 15.000 immigrés, des agents de l'immigration ont procédé mardi à des contrôles d'identité dans la rue, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Assis à une petite table, un habitant, Youssef Khoury, collectait pour sa part des signatures pour une pétition exhortant les autorités à débarrasser la station balnéaire des immigrés africains.

Israël érige actuellement une clôture de 250 km le long de la frontière égyptienne pour tenter d'empêcher des infiltrations. Quelque 170 km sont déjà construits et l'ouvrage devrait être achevé d'ici la fin de l'année.

ChW-pho-agr-jlr/cco

PLUS:afp