NOUVELLES

Euro: Les Tchèques l'emportent 2-1 contre la Grèce grâce à deux buts rapides

12/06/2012 02:16 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

WROCLAW, Pologne - Petr Jiracek et Vaclav Pilar ont marqué lors des six premières minutes du match pour offrir à la République tchèque une victoire de 2-1 aux dépens de la Grèce au Championnat européen de football.

Jiracek a eu le meilleur sur le gardien grec Costas Chalkias à la troisième minute après une belle passe de Tomas Hubschmann. Trois minutes plus tard, Pilar a réussi son deuxième but du tournoi, déjouant les défenseurs après que le défenseur tchèque Theodor Gebre Selassie eut centré le ballon.

«C'est un but important pour moi et c'est formidable pour l'équipe, a déclaré Pillar. J'ai foncé de toutes mes forces pour récupérer la passe de Gebre Selassie et j'ai touché le ballon avec mon genou.»

Le substitut Fanis Gekas a réduit l'écart à un but en faveur de la Grèce à la 53e minute à la suite d'une erreur du gardien de Chelsea Petr Cech qui a échappé le ballon après une collision avec son défenseur Tomas Sivok.

Ce résultat ravive les espoirs de la République tchèque d'accéder aux quarts de finale après avoir subi une défaite de 4-1 face à la Russie à son premier match du groupe A. C'est par contre un coup dur pour la Grèce, limitée à un verdict nul de 1-1 par la Pologne.

La Grèce, qui était privée de ses deux principaux défenseurs centraux, a presque marqué un autre but à la 41e, mais la tête de Giorgos Fotakis a été jugée hors-jeu.

«Nous avons concédé un but stupide et cela a redonné espoir aux Grecs mais nous nous sommes bien battus pour nous assurer la victoire, a commenté l'entraîneur tchèque Michal Bilek. Les Grecs ont vraiment essayer de marquer en fin de match mais notre défensive a tenu le coup.»

La Grèce s'est bien ressaisie avec un début de match désastreux mais elle a perdu un autre joueur quand Chalkias a quitté le terrain en boîtant à la 23e minute. Il a été remplacé par Michalis Sifakis.

«C'est un autre match que nous avons très mal commencé, a reconnu l'entraîneur grec Fernando Santos, dont l'équipe tirait de l'arrière après 17 minutes lors du match nul avec la Pologne. Nous nous sommes retrouvés en mode rattrapage pendant tout le match après avoir concédé deux buts rapides.»

Malgré les problèmes à la défensive, Santos n'a pas dérogé de sa formation à trois attaquants. La stratégie a aidé les Grecs à dominer la seconde demie.

Avant l'Euro 2012, la défensive a joué un rôle important pour permettre à l'équipe de se qualifier, concédant seulement cinq buts en 10 matchs.

PLUS:pc