NOUVELLES

Euro-2012 - Pologne-Russie: déploiement policier dans le stade

12/06/2012 04:46 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Un impressionnant déploiement de policiers casqués, avec matraques et boucliers, a eu lieu au coup de sifflet final de Pologne-Russie (1-1), à titre préventif, alors que des incidents avaient éclaté avant le match entre supporteurs, a constaté l'AFP.

Les forces de l'ordre ont pris position au bas des tribunes occupés par les fans russes, qui devaient rester vingt minutes de plus dans le stade, pour ne pas sortir en même temps que les fans polonais.

Les supporteurs russes se sont seulement signalés pendant le match en lançant un gros pétard sur la pelouse, suivi d'un fumigène après l'ouverture du score russe. Ce qui devrait valoir l'ouverture d'une autre procédure disciplinaire visant la Fédération russe, déjà inquiétée pour une bagarre de hooligans russes avec des stadiers à Wroclaw vendredi.

Par ailleurs, des supporters russes ont déployé un drapeau rouge et noir de l'extrême-droite lors de ce match, a affirmé un groupe antiraciste qui dit avoir signalé l'incident à l'UEFA.

La majorité des supporteurs présents dans le stade (50.000 places au total) étaient des Polonais qui ont agité des petits drapeaux aux couleurs du pays.

Les Russes (12.000 attendus au stade et alentours) avaient auparavant déployé une autre banderole, géante cette fois, représentant un chevalier en armure avec bouclier et épée, au-dessus de l'inscripion en anglais "This is Russia" (Ca c'est la Russie). Cette banderole a été vite repliée après les hymnes.

Parmi les spectateurs du match, en loge présidentielle, se trouvait Michel Platini, président de l'UEFA.

Des accrochages avaient eu lieu mardi entre supporteurs russes et polonais avant le match, et la police avait utilisé un canon à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser des hooligans polonais, avait constaté un journaliste de l'AFP sur place.

La police de Varsovie a annoncé l'interpellation d'une centaine de hooligans "de part et d'autre" avant le match. Il y a eu une dizaine de blessés.

pgr/sk

PLUS:afp