NOUVELLES

Euro-2012 - Lviv, la ville aux cinq noms

12/06/2012 03:07 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Lviv, la grande ville de l'ouest ukrainien et de l'ancienne région de Galicie, compte un total de cinq dénominations en raisons de ses multiples appartenances successives, au coeur de l'Europe de l'Est, et au gré d'une histoire mouvementée.

Lviv fut le nom originel de cette cité fondée en 1256 par le roi Daniel Ier de Galicie, en Ruthénie rouge, en l'honneur de son fils Lev, ce qui signifie "lion", un animal présent dans les armoiries municipales. Une statue de ce roi lui rend d'ailleurs hommage en centre-ville.

A la faveur des différents régimes qui se sont emparés de la ville, d'autres noms sont apparus, encore en usage de nos jours selon les langues employées: Leopoli(s), en latin, utilisé par les Italiens, Lwów (en polonais), Lemberg (en allemand), Lvov sous le régime soviétique et en russe, et enfin Lviv depuis l'émancipation ukrainienne.

L'histoire a beaucoup marqué cette ville, souvent sous domination polonaise (la frontière de la Pologne actuelle n'est qu'à quelques kilomètres).

En 1349, elle tombe sous le joug de la Pologne du roi Casimir III le Grand, jusqu'en 1569. Elle fait ensuite partie de la République des Deux-Nations (Pologne et Lituanie, 1569-1772), puis de l'Empire d'Autriche-Hongrie (1772-1918).

Au lendemain de la Première Guerre mondiale et de la dissolution de l'Empire austro-hongrois, elle est proclamée capitale de l'Etat éphémère de la République d'Ukraine occidentale (ou Galicie orientale). La Pologne entre en guerre contre elle et l'emporte, et replace Lviv (ou plutôt Lwów) dans son giron.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la ville est prise par l'URSS qui l'incorpore à l'Ukraine soviétique (1939-1941), puis par l'Allemagne nazie (1941-1944). L'Armée rouge la reprend en juillet 1944, et la conférence de Yalta la restitue à l'Ukraine.

ybl/nip

PLUS:afp