NOUVELLES

Euro-2012 - Gr.D - Angleterre: Hart, un dernier rempart enfin à la hauteur

12/06/2012 08:20 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Impeccable lors du choc contre la France lundi à Donetsk (1-1), le gardien Joe Hart, malgré un but de son co-équipier de Manchester City, Samir Nasri, permet à l'Angleterre de renouer avec la sérénité dans ses cages après une décennie de gardiens "passoire".

Plus habitué à faire souffrir les gardiens qu'à les encenser, l'avant-centre français, Karim Benzema a d'ailleurs tiré son chapeau à Hart, auteur de deux parades décisives sur une tête d'Alou Diarra puis sur un tir de l'attaquant des Bleus.

"On a manqué un peu de réussite, on les a bien bougés (...). Mais en face il y avait un bon gardien (Hart)", a déclaré Benzema, après le match.

Seule une frappe puissante de son co-équipier chez les Citizens, Samir Nasri, a mis en défaut la vigilance du grand portier de Manchester, 1,91 m, qui après seulement 19 sélections, fait figure de talisman pour l'Angleterre depuis qu'il s'est imposé comme gardien N.1 après le Mondial-2010.

A 25 ans, Hart n'a connu qu'une seule fois la défaite sous les couleurs de la sélection anglaise, c'était en match amical.

Ses performances ont fait de lui, un digne héritier des Gordon Banks, Peter Shilton et David Seaman qui ont longtemps porté haut la tradition des grands gardiens anglais avant qu'elle ne s'abîme dans la médiocrité des Robert Green, Paul Robinson ou David "Calamity" James, spécialistes ès "boulettes".

Pétri d'une confiance en lui qui a souvent fait défaut à ses prédécesseurs, Hart est convaincu qu'il doit encore s'améliorer avant de prétendre entrer dans le Panthéon où figurent Banks et consorts.

"Les comparaisons sont faciles, estime Hart. Mais quand tu y regardes de plus près, j'ai une longue route avant de me rapprocher d'eux".

"Je suis mon propre chemin. J'ai 18 (19, ndlr) sélections" et je veux m'améliorer et devenir le roc dont l'Angleterre a besoin."

Hart espère en effet pouvoir jouer un rôle décisif dans la campagne continentale de l'Angleterre qui n'avait pas démarré sous les meilleurs auspices avec la suspension de Wayne Rooney, la démission de l'entraîneur Fabio Capello et la pluie de forfaits qui ont décimé l'équipe.

"Lorsqu'une équipe gagne ou va plus loin qu'elle n'aurait dû, c'est toujours lié à la manière dont le gardien ou les quatre défenseurs se comportent", affirme Hart.

"Mais c'est l'effort de toute l'équipe. Tu ne peux aller nulle part avec juste un joueur qui joue bien: tu as besoin de qualité partout sur le terrain."

Plus jeune, il avait pour héros David Seaman ou Peter Schmeichel, le légendaire gardien danois de Manchester United. Banks, et son célèbre arrêt-réflexe sur une tête foudroyante de Pelé lors du Mondial 1970, fait également partie de son album-souvenir.

Il y a d'ailleurs comme l'écho de l'inébranlable confiance en lui de Schmeichel dans la sérénité de Hart, mais le gardien de City ne veut pas donner l'impression d'être trop sûr de lui.

"Ce n'est pas moi qui pense +Je suis grand, intouchable+. C'est juste que je sais ce que je peux faire, ce que je dois faire, et j'aime faire ça. Peut-être que ça ressemble à ça, assure-t-il. Je cherche juste à en profiter et saisir les opportunités."

Sa prochaine opportunité aura lieu vendredi contre la Suède pour un match décisif pour la qualification de l'Angleterre.

rcw/pi/grd/ep

PLUS:afp