NOUVELLES

Euro-2012 - Allemagne - Löw s'attend à une "bataille" contre les Pays-Bas

12/06/2012 01:16 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Le sélectionneur de l'Allemagne Joachim Löw s'attend à une "vraie bataille" face aux Pays-Bas condamnés à gagner, mercredi à Kharkiv (Ukraine), lors de la deuxième journée du groupe B de l'Euro-2012.

Q: Avez vous décortiqué la défaite des Pays-Bas face au Danemark ? En avez-vous tiré des enseignements ?

R: "Evidemment j'ai analysé (le match des Pays-Bas). Je pense qu'ils ne méritaient pas vraiment de perdre ce match avec toutes les occasions qu'ils se sont procurées. On a aussi joué contre eux il n'y a pas longtemps (victoire allemande 3-0 en novembre) mais ça ne jouera pas de grand rôle. Le match de mercredi commencera à 0-0. Je m'attends à voir une équipe des Pays-Bas complètement différente de celle contre le Danemark. En novembre non plus ils n'avaient pas montré leur vrai visage".

Q: Pensez-vous que cela vous donne un avantage psychologique de les voir sous pression ?

R: "Ils sont dans une situation un peu particulière, puisqu'ils ont perdu leur premier match, mais cela ne nous intéresse pas. Je ne sais pas si c'est un avantage que les Pays-Bas aient perdu. Les Pays-Bas vont jouer leur jeu habituel, peu importe le résultat du dernier match, ils ont leur style de jeu, leurs caractéristiques. Les Pays-Bas aiment bien avoir le contrôle du ballon, ils ont un jeu très offensif, avec des joueurs de classe mondiale devant, des joueurs qui, seuls ou dans des combinaisons, savent faire basculer un match".

Q: La défense va encore est mise à rude épreuve...

R: "Notre défense sera mise sous pression, mais ce qui est important c'est que les joueurs montrent notre qualité collective. Il faudra aussi montrer qu'on est bon dans les duels, parce qu'il n'y aura pas toujours la possibilité de défendre à deux contre un. Comme les Néerlandais sont très rapides, les joueurs devront être capables de gagner leurs face-à-face. Notre attaque aussi aura davantage de pression, parce que nous voulons faire mieux que contre le Portugal, où nous n'avions pas toujours fait les bons choix".

Q: Les rencontres entre vos deux équipes ont souvent débouché sur des matches âpres, voire belliqueux...

R: "Je pense que nous sommes à des années-lumières de ce type de comparaison. Il est logique que l'Allemagne et les Pays-Bas aient une grande rivalité et les matches entre les deux pays font partie des références, surtout lors des phases finales. Ce sera un match très intense, avec un très bon niveau technique. Il y aura peut-être une vraie bataille sur le terrain, mais il ne faut pas utiliser des termes comme la "guerre". Beaucoup de joueurs néerlandais ont joué ou jouent en Allemagne et nos joueurs s'entendent très bien avec eux. Il n'y a qu'une saine rivalité entre nous".

Q: Y a-t-il des changements à prévoir dans le onze titulaire ?

R: "L'équipe dans son ensemble a très bien joué (contre le Portugal), tactiquement j'étais très content de sa prestation. Nous étions très bien organisés. Il faudrait que l'on joue un peu mieux devant, mais nous étions très solides. Tout le monde est disponible, il n'y a aucune blessure dans l'effectif, ce qui est une très bonne chose. Nos joueurs sur le banc sont prêts, ils sont tout à fait aptes à remplacer les titulaires. Nous verrons après le dernier entraînement s'il y aura des changements".

Q: Lors des dernières compétitions internationales, vous avez perdu le deuxième match, craignez vous un nouveau relâchement de vos joueurs ?

R: "En 2008 et 2010, on n'a pas su profiter du deuxième match pour se mettre dans une situation favorable, mais dans les deux cas on a su gérer la pression. Cette fois on ne risque pas de faire d'excès de confiance avant ce deuxième match".

hap/nip

PLUS:afp