NOUVELLES

Des millions d'enfants nord-coréens souffrent de malnutrition, selon l'ONU

12/06/2012 10:48 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

PYONGYANG, Corée du Nord - Des millions d'enfants qui ne sont pas suffisamment nourris ou soignés souffrent de retards de croissance et de malnutrition en Corée du Nord, selon un rapport publié mardi par les Nations unies.

En Corée du Nord, près d'un enfant sur trois âgé de moins de cinq ans présente des signes de retard de croissance, en particulier dans les zones rurales où les vivres manquent et où la diarrhée chronique liée au manque d'eau potable, d'installations sanitaires et d'électricité est devenue l'une des principales causes de décès des enfants. Les hôpitaux sont impeccables, mais très peu disposent d'eau courante ou d'électricité et ils manquent de médicaments, affirme le rapport.

Environ 16 millions de Nord-Coréens, soit les deux tiers de la population, dépendent des rations bimensuelles distribuées par le gouvernement pour survivre.

«J'ai vu des bébés (...) qui ne pouvaient pas s'asseoir et à peine tenir un biberon», a affirmé Jérôme Sauvage, un coordonnateur de l'ONU en poste à Pyongyang, avant de présenter le rapport à Pékin.

«Ils nous ont montré des orphelinats, des garderies et des hôpitaux et j'ai pu voir moi-même des enfants dont on me disait qu'ils avaient neuf ans, mais dont certains signes physiques montraient qu'ils étaient beaucoup plus âgés, probablement de 13 ou 14 ans, et manifestement sous-nourris», a ajouté M. Sauvage.

La malnutrition pendant toute une génération pourrait avoir des conséquences graves sur la croissance physique et les capacités cognitives, a-t-il estimé.

Le document dépeint de terribles privations dans les campagnes qui sont largement inconnues des étrangers, généralement cantonnés dans la capitale, où la classe moyenne a les moyens d'aller au restaurant et où l'on choisit les beaux enfants qui assisteront aux célébrations officielles.

Non seulement ce rapport atteste de l'incapacité de la Corée du Nord à nourrir son peuple, mais il alimente les critiques envers le gouvernement communiste, accusé de privilégier l'armement et le programme nucléaire plutôt que la sécurité alimentaire.

Les Nations unies ont lancé un appel aux dons pour un total de 198 millions $ US pour 2012, la plus grande partie de cette somme étant destinée à l'aide alimentaire.

Le gouvernement nord-coréen commence à reconnaître que la situation alimentaire est grave, pour la première fois depuis des années. À la fin du mois de mai, le premier ministre Choe Yong-rim a exhorté les fermiers à s'associer aux efforts pour lutter contre les pénuries, selon l'agence de presse officielle KCNA. Les autorités craignent également une nouvelle sécheresse à cause du manque de pluie dans certaines régions.

Comme la Corée du Nord ne produit pas assez à manger pour ses 24 millions d'habitants, elle pallie avec le rationnement et l'aide étrangère. Elle a connu une famine vers le milieu et la fin des années 1990, selon un rapport publié en 2011 par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Les pays donateurs se montrent réticents, car ils craignent que l'aide alimentaire n'atteigne jamais les Nord-Coréens affamés. En 2011, le PAM avait demandé 218 millions $ US d'aide alimentaire d'urgence, mais n'en avait reçu que 85 millions. Les États-Unis et la Corée du Sud conditionnent leur aide au démantèlement du programme nucléaire militaire.

PLUS:pc