NOUVELLES

Cuba: un dissident arrêté après avoir témoigné devant le Sénat américain (opposants)

12/06/2012 05:40 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

Un opposant cubain, Jorge Luis Garcia Perez "Antunez", a été "frappé et arrêté" après avoir témoigné par vidéoconférence devant le Sénat américain la semaine dernière, a annoncé mardi un groupe d'opposants cubains.

"Antunez a été arrêté (samedi), il a été frappé et sa famille a rapporté qu'il s'est évanoui après avoir reçu un coup de bombe" paralysante en plein visage, a annoncé à l'AFP un responsable de la Commission cubaine des droits de l'Homme et de la Réconciliation nationale (CCDHRN), organisation illégale mais tolérée par les autorités.

L'opposant, âgé de 47 ans et qui avait été emprisonné de 1990 à 2007, "a été sauvagement battu" par les agents qui l'ont interpellé à son domicile de Placetas, dans la province de Santa Clara (centre), a ajouté cette source sous couvert de l'anonymat.

Le 7 juin dernier, Antunez et une autre opposante cubaine, Sara Marta Fonseca, avaient appelé les Etats-Unis à la solidarité par vidéoconférence lors d'une audience du Sénat américain. Pendant cette séance, des élus avaient dénoncé une recrudescence récente de la répression des autorités cubaines contre l'opposition sur l'île.

A cette occasion, M. Antunez avait également dénoncé la politique de restrictions du gouvernement de Barack Obama contre l'île communiste.

De leur côté, les Etats-Unis se sont dits "inquiets quant aux informations" qui font état de l'arrestation du dissident.

"Nous exigeons sa libération immédiate et la fin du harcèlement, de la violence et des détentions arbitraires orchestrés par le gouvernement cubain", a déclaré Victoria Nuland, porte-parole du département d'Etat.

Les autorités cubaines, qui n'ont pas fourni d'informations sur l'arrestation du dissident, considèrent généralement les opposants comme des "mercenaires" au service des Etats-Unis.

Au cours des quatre premiers mois de l'année, la CCDHRN a enregistré 2.795 interpellations arbitraires, contre 2.074 pour toute l'année 2010 et 4.123 en 2011. Plus de la moitié des arrestations de mars 2012 (1.158) sont intervenues de manière "préventive", avant la visite du pape, selon la commission.

fj-jz/ag-gde/bar

PLUS:afp