NOUVELLES

Commission Israël/Vatican: la position du Vatican sur Jérusalem-Est inchangée

12/06/2012 02:16 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

La position du Vatican sur Jérusalem-Est "n'a pas changé", a affirmé mardi le négociateur du Saint-Siège, Mgr Ettore Balestrero, en réponse aux inquiétudes palestiniennes sur une inflexion du Vatican concernant Jérusalem-Est.

"La confusion et l'alarme" des Palestiniens "sont dues à l'utilisation non justifiée d'un instrument de travail dépassé depuis longtemps, et, de toute façon, encore en cours d'élaboration", a déclaré Mgr Balestrero à Radio Vatican à l'issue d'une nouvelle session de travail de la commission entre le Saint-Siège et l'Etat hébreu mardi matin à Rome.

Un document présenté comme un projet d'accord entre le Vatican et Israël avait circulé dans des journaux du Proche-Orient, suscitant de vives inquiétudes chez les Palestiniens qui croyaient y déceler une reconnaissance implicite de l'annexion par Israël de Jérusalem-Est.

Les Palestiniens craignaient que le Saint-Siège accepte l'application de la législation israélienne à certaines propriétés de l'Eglise situées dans la partie orientale occupée de Jérusalem, en violation du droit international.

Lundi, le Fatah comme le Hamas avaient appelé le Saint-Siège à éviter tout accord qui aboutirait à reconnaître l'annexion.

Mgr Balestrero, sous-secrétaire pour les relations entre les Etats, a expliqué que, "depuis un certain temps déjà, il a été décidé de traiter, dans l'accord qui doit être signé, seulement quelques propriétés qui ne se trouvent pas à Jérusalem-Est et en Cisjordanie".

Mgr Balestrero a rappelé que l'accord en cours de négociation "regarde la vie, les activités et le régime fiscal de l'Eglise catholique en Israël". "Dans cet accord, nous voulons rester à l'extérieur des disputes territoriales : on ne parlera pas de Jérusalem-Est, ni des localités de la Cisjordanie", a-t-il insisté.

Que la position du Saint-Siège sur Jérusalem-Est n'ait pas changé, "cela a été affirmé dans le +basic agreement+ entre le Saint-Siège et l'OLP, cela a été redit en diverses circonstances et le sera de nouveau dans +l'accord global+ avec l'OLP, actuellement en phase d'élaboration", a-t-il encore affirmé. 

Le négociateur du Vatican a précisé que la session de la commission a permis "un progrès substantiel" vers un accord sur les propriétés de l'Eglise en Terre Sainte, sans que celui-ci soit signé.

Selon lui, "la signature de l'accord n'était pas au programme" de la réunion, car "il y a encore des questions à résoudre".

Dans un communiqué, les évêques catholiques de Terre sainte ont confirmé que les discussions, qui portent sur les questions économiques et financières des institutions de l'Eglise, "sont actuellement à une étape finale" mais ne sont pas terminées.

"Nous, Eglise locale, nous sommes certains (...) que le Saint-Siège n'a pas changé et ne changera pas sa position en ce qui concerne le statut de Jérusalem", a assuré le communiqué signé par le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twad, et son prédécesseur, le Palestinien Michel Sabbah.

"L'accord prévu concerne donc des mesures à caractère exclusivement économique et fiscal, et n'entend nullement opérer des changements dans le statut de Jérusalem tel qu'il est, et moins encore dans le statut de Jérusalem-Est occupée", a insisté le communiqué des évêques.

Une prochaine réunion est prévue en décembre à Jérusalem.

Depuis 1999, le Vatican et Israël ont repris des négociations en vue de la conclusion d’un accord concernant les propriétés ecclésiastiques, les exonérations fiscales sur le revenu des activités commerciales des communautés chrétiennes et le statut juridique de l’Eglise catholique.

jlv/glr/agr/

PLUS:afp