Bolduc craint les messages subliminaux d'un pastiche retrouvé chez Khadir

Publication: Mis à jour:
MISE EN DEMEURE DELACROIX
Mise en demeure

QUÉBEC - Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, craint que le pastiche d'une toile de grand maître retrouvée chez Amir Khadir, représentant le premier ministre Jean Charest mort, encourage certains esprits vulnérables.

M. Bolduc, un médecin, a déclaré mardi que l'ironie du tableau est de mauvais goût et il s'est inquiété que pareille scène puisse être ainsi représentée.

«Il y a toujours des messages subliminaux qu'on passe avec des peintures comme celle-là, a-t-il dit en point de presse. Pour certaines personnes vulnérables, ça pourrait représenter un risque.»

Un pastiche d'une oeuvre du peintre français du XIXe siècle Eugène Delacroix a été découvert par des policiers dans la résidence du député de Québec solidaire, lors d'une perquisition qui a suivi l'arrestation de sa fille, la semaine dernière.

Pour parodier cette peinture, intitulée «La Liberté guidant le peuple», les visages des personnages ont été changés, et M. Charest apparaît étendu aux pieds de M. Khadir qui, coiffé d'un haut de forme, tient un fusil.

Sur le pastiche, le personnage de la Liberté a été remplacé par celui de Bananarchiste, qui brandit le drapeau noir de l'anarchie.

Lors d'un point de presse, M. Khadir a affirmé que cette scène n'était qu'une caricature qui a servi à illustrer la pochette de disque d'un groupe de musiciens.

«L'affiche que vous voyez ici n'est rien d'autre qu'une parodie faite par un groupe de musique», a-t-il dit.

Pour souligner qu'il ne faut pas prendre l'image au sens littéral, M. Khadir a rappelé que M. Charest a lui-même fait une blague au sujet des étudiants, en avril, ce qui avait néanmoins valu des critiques au premier ministre.

«M. Charest, je le connais suffisamment pour savoir qu'il a un grand sens de l'humour, celui qui voulait envoyer des jeunes du Québec dans le Grand Nord, a-t-il dit. On comprend bien que ce n'était pas littéral. Il n'avait pas un plan pour embarquer ce monde-là dans des wagons puis les envoyer en travaux forcés dans le Grand Nord.»

M. Khadir s'est cependant indigné que Le Journal de Québec et Le Journal de Montréal aient reproduit le pastiche en page frontispice, avec le titre :«Khadir armé, Charest mort».

«C'est la pure fabrication du Journal de Québec, qui dit que Khadir est armé et que M. Charest est mort, a-t-il dit. À ma connaissance, M. Charest est bien en vie, et je souhaite qu'il le demeure très longtemps. Et je rappelle que Québec solidaire est un parti pacifiste.»

Le député a estimé que cela constitue une forme d'intimidation envers son parti et Québec solidaire étudie actuellement la possibilité d'intenter des poursuites contre le quotidien.

Plus tôt, la ministre de la Culture, Christine St-Pierre, avait pour sa part affirmé qu'elle était dégoûtée par la parodie de l'oeuvre de Delacroix.

«C'est très, très, très de mauvais goût et je ne vois absolument pas d'humour là-dedans, a-t-elle dit. (...) Ce qui est dégoûtant, c'est le fait qu'on ait travesti cette oeuvre-là, de cette manière-là.»

M. Khadir a expliqué que ce pastiche avait été rapporté chez lui il y a plus d'un an et demi par sa fille aînée. L'oeuvre a illustré une pochette de disque du groupe Mise en demeure, a rapporté le député.

«Vous comprenez que tout ça date bien avant de tous ces débats qu'on a aujourd'hui alentour du mouvement étudiant», a-t-il dit.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

LES RÉACTIONS SUR TWITTER
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Yalda Machouf-Khadir est libérée

Amir Khadir, le député-voyou du Québec

Une affiche controversée avec Amir Khadir et Jean Charest

Manifestations: Amir Khadir arrêté à Québec

La politique selon Khadir

Amir Khadir, ministre dans un gouvernement du PQ?

Vent de folie