NOUVELLES

Volvo Ocean Race/8e étape: Telefonica en tête, Groupama 4 dans le sillage

11/06/2012 01:08 EDT | Actualisé 11/08/2012 05:12 EDT

Le voilier espagnol Telefonica occupait lundi la première place de la 8e étape de la Volvo Ocean Race, suivi comme son ombre par le leader français du classement général Groupama 4, bien revenu après un départ laborieux de Lisbonne.

Vingt-quatre heures après avoir quitté la capitale portugaise pour une manche océanique de 1940 milles (3500 km) en direction de Lorient (Morbihan), les six VO70 (monocoques de 21,50 m) étaient à mi-chemin entre le Portugal et l'archipel des Açores, qu'ils devraient atteindre mardi.

La flotte va ralentir à l'approche de l'île de Sao Miguel et du +way point+ (marque de parcours) qu'elle devra laisser à tribord (droite) avant de mettre le cap sur Lorient, propulsée par une dépression que les spécialistes annoncent assez creuse.

Le premier à se dégager de cette nasse anticyclonique aura donc de bonnes chances de l'emporter en Bretagne, dernière escale avant l'arrivée finale à Galway (Irlande), début juillet.

"Ça fait un bout de temps qu'on n'a pas été devant et ça fait du bien", a déclaré Xabi Fernandez, barreur et régleur de Telefonica, équipier et complice de longue date du skipper Iker Martinez.

Le skipper du voilier américain Puma, Ken Read, a reconnu avoir "du mal à tenir Telefonica et Groupama 4 dans ces conditions". Parti en tête dimanche de Lisbonne, Puma s'est fait doubler par les Espagnols à minuit puis par les Français une douzaine d'heures plus tard.

"Chaque bateau est optimisé différemment et ce +reaching+ (vent de travers) serré n'a jamais été bon pour nous, a-t-il dit. On tient le reste de la flotte, mais on n'a jamais été fantastique face à Telefonica et Groupama 4".

Même son de cloche chez Ian Walker, skipper du voilier émirati Abu Dhabi.

"Comme prévu, Telefonica et Groupama 4 nous ont donné un cours magistral de vitesse au reaching, a-t-il déclaré. La flotte suit une courbe en direction des Açores, dans une brise adonnante. On ne peut tout simplement rien faire pour les rattraper jusqu'à ce que le vent change ou que des opportunités tactiques apparaissent".

A 18h00 heure française, Telefonica ne devançait plus Groupama 4 que de 0,8 mille.

Les premiers bateaux sont attendus à Lorient vendredi dans la soirée.

heg/jmt

PLUS:afp