NOUVELLES

Pétrole iranien: Washington exempte de sanctions sept nouveaux pays

11/06/2012 03:31 EDT | Actualisé 11/08/2012 05:12 EDT

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a annoncé lundi que les Etats-Unis exempteront sept pays, dont l'Inde, la Turquie et l'Afrique du Sud, des sanctions économiques visant les institutions important du pétrole iranien.

Outre l'Inde, la Turquie et l'Afrique du Sud, la Malaisie, la Corée du Sud, le Sri Lanka et Taïwan ont "significativement réduit" leurs importations de brut iranien, souligne Mme Clinton dans un communiqué, et tous rejoignent donc 11 autres pays --dont la France, l'Allemagne ou le Japon-- qui avaient déjà été exemptés en mars de ces sanctions.

La Chine, grande importatrice de pétrole iranien, ne figure pas parmi les pays exemptés de sanctions. Un responsable américain a déclaré que Washington était toujours en discussions avec Pékin au sujet de ces sanctions.

En vertu d'une loi votée en 2011, les Etats-Unis sanctionneront à compter du 28 juin les institutions financières commerçant avec la banque centrale iranienne, qui gère les exportations de brut du pays.

"Les annonces d'aujourd'hui illustrent le succès de la mise en oeuvre de notre programme de sanctions", s'est félicitée Hillary Clinton.

"A travers ces réductions d'importations de pétrole iranien, nous envoyons un message fort aux dirigeants du pays: s'ils ne mettent pas oeuvre des actions propres à répondre aux inquiétudes de la communauté internationale, ils continueront à être confrontés à un isolement et une pression croissants", a-t-elle poursuivi.

Même si Téhéran s'en défend, Israël et plusieurs pays occidentaux soupçonnent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce qui a valu à la République islamique d'être soumise à plusieurs séries de sanctions internationales.

En mars, les Etats-Unis avaient déjà exempté de sanctions l'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, la France, la Grande-Bretagne, la Grèce, l'Italie, le Japon, les Pays-Bas, la Pologne et la République tchèque. Au total, 23 pays dans le monde importent du pétrole iranien, avait alors rappelé un haut responsable américain s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

sct-mdm/eg

PLUS:afp