TORONTO - Pour certaines personnes souffrant d'insomnie, la source du manque de sommeil peut être inattendue.

Une nouvelle recherche canadienne révèle que la peur du noir pourrait être derrière les nuits blanches de certains insomniaques.

La recherche est encore à un stade préliminaire et les scientifiques estiment que d'autres études seront nécessaires pour évaluer la proportion d'insomnies attribuables à la peur du noir.

Les phobies comme la peur de l'obscurité peuvent être traitées avec succès par une thérapie du comportement, selon la directrice du laboratoire sur le sommeil et la dépression de l'Université Ryerson à Toronto, Colleen Carney.

Mme Carney croit qu'il est important de faire la lumière sur ce problème, puisqu'une technique couramment utilisée dans le traitement de l'insomnie pourrait, dans certains cas, intensifier la peur du noir chez le patient.

On conseille souvent aux personnes qui souffrent de problèmes de sommeil de ne pas rester dans leur lit si elles n'arrivent pas à dormir ; on leur suggère plutôt d'aller dans une autre pièce pour lire ou s'occuper autrement jusqu'à ce qu'elles trouvent le sommeil.

Or, Mme Carney croit que cette manière de procéder peut renforcer la peur du noir de certains insomniaques.

Mme Carney présente lundi les résultats de la recherche à l'occasion d'une grande conférence sur le sommeil, à Boston.

-