NOUVELLES

L'injection d'insuline à long terme serait sécuritaire, selon une étude

11/06/2012 05:42 EDT | Actualisé 11/08/2012 05:12 EDT

TORONTO - Des injections quotidiennes d'insuline à long terme ne semblent pas augmenter les risques de crise cardiaque, d'accident vasculaire cérébral ou de cancer chez les personnes atteintes de diabète de type 2 ou de prédiabète, conclut une vaste étude internationale menée par des Canadiens.

L'étude pourrait mettre fin à un débat qui dure depuis des décennies à l'effet que l'insuline pourrait entraîner des maladies cardiovasculaires et certains types de cancer chez les patients qui s'administrent une dose quotidienne de l'hormone pour contrôler leur taux de sucre sanguin.

Les résultats de cette étude sont valables seulement pour les personnes souffrant de diabète de type 2 ou de prédiabète, et non pour celles qui souffrent du diabète de type 1. Celles-ci prennent généralement des doses et des formes d'insuline différentes au cours d'une même journée, a précisé le chercheur principal, le Dr Hertzel Gerstein.

Avec un diabète de type 1, le pancréas cesse de produire de l'insuline, ce qui force la personne qui en est atteinte à s'astreindre à des injections d'insuline quotidienne jusqu'à la fin de ses jours. Avec un diabète de type 2, le pancréas ne sécrète pas assez d'insuline, ou le corps n'arrive pas à utiliser adéquatement l'hormone produite par l'organe. Cela mène à des taux de glucose élevés dans le sang, ce qui peut endommager les organes, les vaisseaux sanguins et les nerfs.

Plus de neuf millions de Canadiens souffrent de diabète ou de prédiabète.

L'étude «ORIGIN», menée par le Dr Gerstein, professeur de médecine à l'université McMaster, et son collègue, le Dr Salim Yusuf, s'est intéressée à 12 500 personnes provenant de 40 pays où la population est à haut risque de diabète de type 2, ou dans les premiers stades de son développement.

PLUS:pc