NOUVELLES

Les USA "préoccupés" après les perquisitions chez les anti-Poutine en Russie

11/06/2012 02:29 EDT | Actualisé 11/08/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont fait part de leur préoccupation lundi après la série sans précédent de perquisitions à Moscou chez les leaders de l'opposition au président russe Vladimir Poutine, à la veille d'une manifestation.

"Les Etats-Unis sont profondément préoccupés par ce qui ressemble fort à du harcèlement visant des figures de l'opposition russe, à la veille des manifestations prévues pour le 12 juin", a indiqué Victoria Nuland, porte-parole du département d'Etat.

Les perquisitions, une dizaine au total, ont été notamment effectuées au domicile du blogueur pourfendeur de la corruption Alexeï Navalny, du leader du Front de gauche Sergueï Oudaltsov, du dirigeant du mouvement Solidarité Ilia Iachine, et de la présentatrice vedette de la télévision Xénia Sobtchak.

Des policiers encagoulés, mitraillette en bandoulière, interdisaient l'entrée des immeubles où se déroulaient les perquisitions, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Le comité d'enquête a indiqué que ces opérations étaient liées à une enquête en cours sur la manifestation de l'opposition du 6 mai qui s'était terminée par "des désordres massifs".

La porte-parole de la diplomatie américaine a également critiqué une loi promulguée vendredi par M. Poutine qui augmente considérablement les amendes infligées à ceux qui enfreignent la loi --déjà considérée comme restrictive par l'opposition-- concernant les manifestations.

Il s'agit d'"amendes disproportionnées", a réagi Mme Nuland.

Selon elle, les dirigeants de l'opposition ont été sommés de se présenter aux autorités une heure avant le début de la manifestation de mardi pour y être interrogés et "très clairement faire en sorte qu'ils ne soient pas dans la rue lors de la manifestation".

"Prises ensemble, ces mesures soulèvent de sérieuses interrogations liée à l'utilisation arbitraire des forces de l'ordre pour bâillonner la liberté d'expression et réprimer le droit de réunion et d'association", a souligné Victoria Nuland.

sct/gde/mdm

PLUS:afp