NOUVELLES

Élections législatives en France: le PS veut faire barrage au Front national

11/06/2012 02:49 EDT | Actualisé 11/08/2012 05:12 EDT

PARIS - Au lendemain du premier tour des élections législatives en France, le Parti socialiste (PS) a appelé au «désistement républicain» pour faire barrage au Front national (FN) de Marine Le Pen, tandis que l'Union pour un mouvement populaire (UMP) a décidé de maintenir ses candidats partout où c'est possible, même si cela pourrait permettre à l'extrême droite de faire un retour à l'Assemblée nationale à l'issue du deuxième tour.

Le Front national a réussi à se maintenir au second tour dans 61 circonscriptions, soit 32 triangulaires, 20 duels face à la gauche et neuf duels face à l'UMP, a annoncé Marine Le Pen lundi.

«Nous avons la capacité d'avoir des élus», a-t-elle déclaré, affichant sa confiance lors d'une conférence de presse au siège de son parti à Nanterre.

Quelques minutes plus tôt, le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, avait rejeté tout désistement des candidats de son parti pour faire barrage à l'extrême droite.

«Dans les situations de triangulaire, nous demandons formellement à la totalité de nos candidats de l'UMP qui sont en situation de se maintenir de le faire», a déclaré le patron de l'UMP à l'issue d'une réunion de son parti qui a duré plus de deux heures.

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a quant à elle appelé au «désistement républicain partout où cela est nécessaire pour faire barrage au Front national».

Appliquant ce principe à sa propre formation, elle a demandé à la candidate socialiste à Carpentras de se retirer au profit du candidat UMP, afin d'empêcher l'élection de la candidate du FN, Marion Maréchal-Le Pen. La nièce de Marine Le Pen est arrivée en tête dans sa circonscription avec 34,63 pour cent des voix, devant le candidat de l'UMP (30,03 pour cent) et la candidate socialiste (21,98 pour cent).

«Nous avons demandé à notre candidate de retirer sa candidature et appelons à faire barrage au Front national, en espérant que le candidat de l'UMP se montre digne de ce choix», a expliqué Mme Aubry.

Elle a demandé un geste réciproque dans la 2e circonscription du Gard, où le candidat du FN, Gilbert Collard, a fini premier avec 34,57 pour cent des suffrages, devant la candidate socialiste.

«Il y a un risque d'élection de Gilbert Collard. Nous demandons à l'UMP de retirer son candidat pour soutenir notre candidate», a plaidé Martine Aubry.

Jean-François Copé lui a opposé une fin de non-recevoir quelques heures plus tard.

«À l'occasion de cette campagne de deuxième tour, nos candidats de l'UMP ont beaucoup de choses à dire aux Français et il est donc indispensable qu'ils se maintiennent partout où c'est possible», a-t-il affirmé.

Le second tour des élections législatives françaises aura lieu dimanche prochain.

PLUS:pc