NOUVELLES

Hillary Clinton appelle à la fin immédiate des violences en Birmanie

11/06/2012 04:53 EDT | Actualisé 11/08/2012 05:12 EDT

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé lundi à mettre fin immédiatement aux violences religieuses qui secouent la Birmanie, où sept personnes selon les médias officiels sont mortes dans des heurts entre bouddhistes et musulmans depuis vendredi.

"Les Etats-Unis sont très inquiets de la poursuite des violences ethniques et interreligieuses dans l'Etat du Rakhine, dans l'ouest de la Birmanie et appellent instamment toutes les parties à la retenue et à mettre fin à ces attaques", a déclaré Hillary Clinton dans un communiqué.

"Nous appelons les Birmans à travailler ensemble pour construire un pays pacifique et démocratique qui respecte les droits de tous les peuples qui le composent", a poursuivi la chef de la diplomatie américaine, demandant une enquête "rapide et transparente" sur les violences.

Les violences se sont poursuivies lundi entre bouddhistes et musulmans dans l'ouest de la Birmanie en dépit de l'état d'urgence décrété par le pouvoir, poussant les Nations unies à évacuer leur personnel de la région.

Selon les médias officiels, les violences ont fait sept morts et 17 blessés depuis vendredi. Quelque 500 maisons ont été détruites. Plusieurs sources ont fait état de bilans --invérifiables-- nettement plus lourds.

Mme Clinton avait fait une visite historique en Birmanie en décembre 2011 et Washington a annoncé le 17 mai la nomination d'un ambassadeur en Birmanie, pour la première fois depuis 20 ans.

Le gouvernement, qui a succédé à la junte en mars 2011 mais demeure contrôlé par les militaires, a multiplié les signes d'ouverture et permis des progrès en matière de droits de l'homme et de démocratie. L'un des signes de cette ouverture a été l'élection au parlement de l'opposante Aung San Suu Kyi, qui avait été placée de longues années en résidence surveillée.

sct/mdm/bar

PLUS:afp