NOUVELLES

Euro-2012 - Pays-Bas-Allemagne: Robben retrouve ses "amis" du Bayern

11/06/2012 11:16 EDT | Actualisé 11/08/2012 05:12 EDT

Arjen Robben focalisera toutes les attentions, mercredi à Kharkiv (Ukraine) lors du match Pays-Bas-Allemagne, qui opposera l'attaquant néerlandais à quelques-uns de ses coéquipiers du Bayern Munich, dont certains ne sont pas à proprement parler des amis.

"Arjen sera notre adversaire, pas notre coéquipier. Donc pendant la rencontre on ne sera pas amis, mais on le sera à nouveau dès la fin du match", a expliqué lundi l'attaquant munichois Mario Gomez.

L'ailier des Oranje ne doit s'attendre à aucun cadeau des Neuer, Boateng, Badstuber, Lahm, Schweinsteiger, Müller et donc Gomez dans un match que les Pays-Bas ne peuvent pas perdre.

C'est que Robben est loin de faire l'unanimté dans le vestiaire du Bayern! Et les dirigeants bavarois, Franz Beckenbauer en tête, aussi bien que la presse locale ne sont pas toujours tendres avec un joueur régulièrement critiqué pour son arrogance et son égoïsme sur le terrain.

Après le dernier incident en date, une bagarre avec Franck Ribéry, le quotidien Bild avait rapporté que certains joueurs étaient "bien contents" quand le Français "lui en avait collé une" dans le vestiaire à la mi-temps de la demi-finale de Ligue des champions contre le Real Madrid.

En janvier 2011, le Néerlandais avait giflé Thomas Müller après une victoire contre Brême (3-1), parce que l'Allemand lui reprochait de ne pas lui avoir fait une passe sur une action.

Les deux joueurs avaient dû être séparés par Mario Gomez et Anatoly Tymoshchuk. Robben, très menaçant, avait même tenté d'attraper le cou de son jeune coéquipier.

"On peut discuter sur le terrain, mais on ne doit pas gesticuler avec ses mains, je déteste cela", avait déclaré Robben après le match.

"Cela se voit rien qu'à sa réaction après une bonne occasion ou un but, il ne remercie pas la personne qui lui a fait une passe décisive, mais il court vers la tribune saluer sa famille. C'est l'équipe qui doit lui courir après pour le congratuler", avait dit le "Kaiser", qualifiant Robben d'"égoïste".

"Il arrivera un moment où l'équipe dira: +Si je te fais une passe mais que tu montres aucune gratitude, tu n'auras qu'à venir la chercher toi même, la prochaine fois.+ Il devrait penser davantage à l'équipe qu'il ne le fait actuellement", avait expliqué le dirigeant munichois.

Si Robben a prolongé son contrat en fin de saison jusqu'en 2015, sa cote, déjà peu élevée dans l'opinion publique bavaroise, est descendue en flèche après la finale de C1 perdue contre Chelsea et au cours de laquelle l'ancien joueur de... Chelsea avait manqué un penalty sans doute décisif.

Quelques jours plus tard, le Néerlandais avait été copieusement sifflé par la public de l'Allianz Arena lors du match amical entre le Bayern et les Pays-Bas.

Dimanche, au lendemain de la défaite face au Danemark (1-0), Bild ironisait en écrivant que Robben, dont une frappe avait trouvé le poteau du but danois, "a transmis sa guigne du Bayern aux Pays-Bas"...

Souvent qualifié de "joueur de cristal" en raison de sa fragilité physique, Robben semble poursuivi par la poisse dans les grands rendez-vous.

Le joueur, qui reste dans l'histoire du football batave comme celui qui a manqué sa finale de Coupe du monde en Afrique du Sud avec ses duels ratés contre le gardien espagnol Iker Casillas, aura sans doute à coeur de prendre sa revanche durant l'Euro.

Sa joie serait sans doute immense s'il pouvait le faire dès mercredi.

hap-bnl/mam

PLUS:afp