NOUVELLES

Euro-2012 - Kiev attend les grands débuts de l'équipe d'Ukraine

11/06/2012 11:12 EDT | Actualisé 11/08/2012 05:12 EDT

Inondée par une marée jaune et bleue, couleurs de l'équipe d'Ukraine, la capitale Kiev attendait lundi avec impatience et non sans anxiété le premier match de la sélection nationale, opposée en soirée à la Suède dans le groupe D de l'Euro-2012 football.

"Je mise sur l'Ukraine", a déclaré le Premier ministre ukrainien, Mykola Azarov, à des supporters suédois en visitant la zone pour les amateurs de football aménagée dans l'artère centrale de Kiev, cité par Interfax. "Si on perd, je vous dois une bière", a-t-il ajouté.

"On attend la victoire!", renchérit Kostiantin Grouchko, un homme d'affaires de 29 ans, venu à Kiev de Lviv, une autre ville hôte dans l'ouest du pays, pour voir le match.

Portant des tee-shirts et perruques bleus et jaunes, Kostiantin et ses amis se promènent avec des milliers d'autres Ukrainiens, mais aussi des Suédois (dont les couleurs sont aussi le jaune et bleu) dans la zone piétonne pour les fans, dans l'attente du match.

Roman Bilas, un jeune commerçant, concède que l'équipe nationale "a joué plutôt mal ces deux dernières années" et que la maîtrise de sa star vieillissante, Andrei Shevchenko, 35 ans, "est déjà dans la passé", mais ne veut pas croire à une probable défaite.

"En l'absence d'espoir, on espère...", dit Kostiantin Grouchko, citant un poème écrit au XIXe siècle par la poétesse et icône nationale Lessia Oukraïnka.

"Tarass Chevtchenko nous disait +Luttez et vous vaincrez+", ajoute-t-il en citant un autre poète et héros national du passé.

Pourtant, le cochon Fountik, exposé à Kiev pour jouer pendant l'Euro le rôle du Paul le Poulpe -mollusque qui avait prédit tous les résultats de l'Allemagne au Mondial-2010 en Afrique du Sud-, penche pour la victoire des Suédois après avoir mangé d'abord dans le bol décoré d'un petit drapeau suédois, selon des médias.

Vadim, un employé dans le commerce, se veut tout de même rassurant. "Notre défense soulève en effet des questions. Mais on a des joueurs talentueux, comme Yarmolenko et Konoplianka", estime cet homme de 30 ans, un drapeau ukrainien accroché à son sac à dos.

A l'instar de nombre de ses compatriotes, il a une petite bannière nationale dessinée sur sa joue gauche. Mais sur sa joue droite, on voit le drapeau suédois.

"De ce côté-là, il va y avoir deux buts", explique Vadim en désignant sa joue "ukrainienne". "Et de l'autre, un seul", prédit-il.

Le jaune et bleu était visible partout à Kiev. Certains accrochaient des drapeaux nationaux à leurs voitures ou à leurs fenêtres.

"L'Ukraine a de meilleures chances, selon des bookmakers", écrivait lundi le quotidien Segodnia. "Si on ne gagne pas, on peut oublier les quarts de finale" de la compétition co-organisée par l'Ukraine et la Pologne, prévient pour sa part le quotidien populaire Komsomolskaïa Pravda.

"Mets un tee-shirt (bleu-jaune), soutient l'équipe nationale", exhorte la vitrine d'un magasin de vêtements de sport du centre-ville dont l'appel a été suivi par de nombreux Ukrainiens qui se bousculaient devant des pavillons vendant des articles pour les supporteurs de football.

Slava, un juriste de 31 ans, a enfilé son tee-shirt jaune-bleu devant le comptoir immédiatement après l'avoir acheté.

"Il y a un risque de défaite, mais notre sélection joue sur ses terres et elle va gagner!", se réjouit-il.

"Je ne regarde presque jamais le foot, mais ce soir, je serai devant le grand écran (dans la zone aménagée pour les supporteurs à Kiev), arborant ma chemise brodée traditionnelle et un drapeau ukrainien", écrit une journaliste ukrainienne sur Facebook.

"Ne perdez pas face aux Suédois, car je n'ose pas parler de l'Angleterre et de la France!", ajoute-t-elle en référence aux deux autres équipes du groupe D.

ant/bfi/sk

PLUS:afp