NOUVELLES

Algérie: 20 ans de prison pour un psychologue accusé d'espionnage

11/06/2012 07:41 EDT | Actualisé 11/08/2012 05:12 EDT

Un psychologue algérien, expert de la lutte anti-terroriste accusé d'espionnage après un séjour en Irak, a été condamné lundi à vingt ans de prison par contumace par le tribunal criminel d'Alger.

Noureddine Benziane avait été condamné pour la même affaire à quatre ans de prison le 1er février 2009 et a effectué les deux années qui restaient après ses deux ans de préventive, avant d'être libéré.

La Cour suprême avait cependant annulé ce jugement après l'appel, demandé par la défense et le parquet, et décidé que l'affaire devait être rejugée.

"Vingt ans de prison par contumace contre Noureddine Benziane coupable de collaboration avec un Etat étranger au préjudice de l'intérêt national", après un séjour en Irak, a déclaré le juge Omar Benkherchi.

Le parquet avait requis la même peine en l'absence de l'accusé et de l'avocat de la défense.

L'accusé s'était absenté lors de la séance du 15 janvier après avoir été évacué en France "à la suite d'un infarctus", avait alors déclaré à l'AFP son avocat, Me Chérif Chorfi.

Me Chorfi a déclaré lundi à l'AFP qu'il "ignorait où se trouvait son client".

Selon l'arrêt de renvoi, Noureddine Benziane s'était rendu en Irak dans le cadre d'une mission humanitaire au milieu des années 2000, à la tête d'une délégation internationale de psychologues pour la prise en charge d'enfants irakiens.

A Mossoul, à 350 km au nord de Bagdad, l'accusé aurait découvert un campement de kamikazes de différentes nationalités. Il a avoué, lors de l'enquête, avoir appris qu'ils étaient chargés d'exécuter des attentats suicide hors d'Irak.

Il a reconnu avoir adressé plusieurs correspondances à des représentations diplomatiques à Alger pour leur fournir des informations recueillies dans des camps d'entraînement faisant état, toujours selon ses aveux, d'attentats suicide les ciblant, planifiés par des groupes armés.

ad-amb/hba

PLUS:afp