NOUVELLES

Le président du syndicat de Bombardier inquiet de l'exode des emplois

10/06/2012 04:18 EDT | Actualisé 10/08/2012 05:12 EDT

LA POCATIÈRE, Qc - Bombarbier doit cesser de se cacher derrière la loi «Buy America» pour justifier les emplois relocalisés à l'étranger, a affirmé le président du syndicat de l'usine de l'entreprise à La Pocatière, Mario Lévesque, dimanche.

L'entreprise québécoise doit respecter les ententes qu'elle prend avec ses employés et procurer plus de travail à l'usine de La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent.

Bombardier Transport a annoncé au début juin avoir signé avec la Metropolitan Transportation Authority (MTA) un contrat pour 300 voitures de métro destinées à la New York City Transit (NYCT). Les nouvelles voitures seront fabriquées à l'usine de Bombardier à Plattsburgh, dans l'État de New York.

M. Lévesque s'est dit déçu et inquiet de voir ce contrat, dont la valeur s'élève à 623 millions $, échapper à l'usine du Bas-Saint-Laurent.

L'usine de La Pocatière de Bombardier ne sera mise à contribution que pour la fabrication de dix voitures pilotes, ce qui pourrait procurer du travail à une cinquantaine d'employés.

Même si elle a souvent oeuvré pour des contrats américains par le passé, l'usine du Bas-Saint-Laurent subit ces derniers temps les contrecoups de la loi Buy America, qui oblige les constructeurs ferroviaires à produire aux États-Unis au moins 60 pour cent des voitures et locomotives destinées à des projets financés en tout ou en partie par Washington.

En février 2010, Bombardier s'engageait à exécuter des activités de production précise à son usine du Bas-St-Laurent. L'entreprise n'aurait cependant pas tenu ses promesses, au dire du syndicat.

Selon M. Lévesque, il suffirait que Bombardier investisse environ 1,3 millions $ pour que l'usine pocatoise puisse produire des voitures de métro de A à Z, sans avoir recours à la sous-traitance.

La président du syndicat assure également avoir tenté d'entrer en contact avec Québec à plusieurs reprises qu'il intervienne dans le dossier, mais le gouvernement serait demeuré silencieux.

PLUS:pc