Huffpost Canada Quebec qc

Grand Prix du Canada: ambiance normale sur le circuit Gilles-Villeneuve

Publication: Mis à jour:
GRAND PRIX
PC

L'ambiance générale était normale sur le circuit Gilles-Villeneuve, en face de Montréal, alors que le départ allait être donné dimanche après-midi devant des tribunes pleines, malgré le contexte des manifestations étudiantes à répétition de ces derniers jours.

Dans le paddock du 35e Grand Prix du Canada de Formule 1, la préoccupation première était plutôt le résultat du match Italie-Espagne (1-1) à l'Euro-2012 de football, suivi de près par les invités de la Scuderia Ferrari dont le pilote vedette est... un Espagnol, Fernando Alonso.

"Si l'Espagne gagne, je n'aurais pas beaucoup de mécanos pour me changer les roues", avait plaisanté Alonso samedi. Un hélicoptère de la police a été aperçu au dessus du circuit, afin de surveiller les mouvements de foule éventuels, mais aucun trouble n'a été signalé par les organisateurs.

Le grand argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone, a remonté la grille de départ avec Mario Andretti, le champion du monde 1978 de F1, qui a été annoncé cette semaine comme ambassadeur du Circuit des Amériques et du Grand Prix de F1 des Etats-Unis, prévu le 18 novembre à Austin (Texas), après cinq saisons d'absence au calendrier.

La parade des pilotes a eu lieu comme prévu et toutes les monoplaces se sont ensuite alignées sur la grille, autour de jeunes femmes portant des drapeaux correspondant à la nationalité des 24 pilotes. Après l'hymne canadien, applaudi par des spectateurs déployant une bannière canadienne, un avion de chasse est passé dans le ciel ensoleillé de l'île Notre-Dame.

Le départ devait être donné à 14h00 locales (18h00 GMT).

dlo/jfm

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Les pilotes du Grand Prix
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Grand Prix du Canada - Formule 1 Montréal | Circuit Gilles ...

Gilles Villeneuve | Cyberpresse

Gilles Villeneuve: «on ne l'oubliera jamais!» | Serge L'Heureux | Sports

30 ans de Grand Prix | Cyberpresse

F1 : une légende prénommée Gilles