NOUVELLES

George Saitoti, vétéran de la politique kényane

10/06/2012 06:37 EDT | Actualisé 10/08/2012 05:12 EDT

Le ministre kényan de la Sécurité intérieure, George Saitoti, décédé dimanche à 66 ans dans un accident d'hélicoptère près de Nairobi est un mathématicien de formation, vétéran de la politique du Kenya, dont il occupa la vice-présidence durant près de 13 ans, record de longévité à ce poste.

Chargé du dossier hyper-délicat des questions de sécurité intérieure, en pleine opération militaire kényane en Somalie, M. Saitoti avait annoncé sa candidature à la prochaine élection présidentielle de 2013.

Né le 3 août 1945, formé successivement au Kenya, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, il est titulaire d'un doctorat de mathématiques de l'Université britannique de Warwick. En 1972 il devient professeur à l'Université de Nairobi, dont il prend ensuite la tête du département de mathématiques.

Il entre en politique en devenant député en 1983, sous le régime de parti unique du président Daniel Arap Moi, qui le nomme cette même année ministre des Finances.

Pilier du régime, il devient vice-président en 1989, fonction qu'il occupe jusqu'en 1997, puis à nouveau de 1999 à 2002, année où il rompt avec le président Arap Moi, au sujet du choix de son successeur. Il rejoint la coalition d'opposition Arc en ciel menée par Mwai Kibaki, qui est élu chef de l'Etat en décembre de cette même année.

Il devient ministre de l'Education, avant de prendre en janvier 2008, après la réelection controversée de M. Kibaki, marquée par de graves violences post-électorales, le portefeuille de la Sécurité intérieure et de l'Administration provinciale.

Ce ministère, qui chapeaute les principales agences gouvernementales de sécurité, lui confère un rôle essentiel dans la lutte contre les islamistes somaliens shebab, qui promettent au Kenya de sévères représailles après l'entrée en octobre 2011 de l'armée kényane en Somalie.

En début d'année, il avait également présenté un projet de réforme de la police qui a fait couler beaucoup d'encre.

M. Saitoti gardait sa vie privée secrète. On sait uniquement qu'il était marié.

ayv/bb/sba

PLUS:afp