NOUVELLES

Euro-2012 - La presse portugaise veut croire à l'avenir

10/06/2012 03:33 EDT | Actualisé 09/08/2012 05:12 EDT

La presse portugaise faisait dimanche contre mauvaise fortune bon coeur et voulait croire à un avenir meilleur pour son équipe, battue la veille par l'Allemagne (1-0) lors de son premier match de l'Euro-2012.

"Nous avons le droit d'y croire. La Seleçao a été vaincue. Ca c'est déjà vu et ce n'est pas une raison pour le pays d'être pessimiste", jugeait ainsi le principal quotidien sportif A Bola.

"A Lviv le Portugal n'a pas eu de chance. Le jeu fut très équilibré mais le Portugal a été trahi par une triple alliance : Allemagne, arbitre et... hasard", ajoutait-il tout en mettant en valeur la prestation de la star du football portugais Cristiano Ronaldo. "Avec Ronaldo nous pouvons y croire. Il n'a pas été super mais il fut le seul à maintenir le niveau du début à la fin du jeu", jugeait le quotidien.

"Le Portugal a commencé du pied gauche mais la lutte continue", estimait de son côté Record soulignant que le Portugal n'avait nullement démérité dans la mesure où "l'on n'a pas vu le Portugal jouer aussi bien depuis longtemps".

Le manque de réussite a été selon O Jogo la principale raison de la contre-performance portugaise. "Le Portugal n'a pas eu la chance de l'Allemagne", soulignait le journal tout en conservant un pronostic optimiste pour l'avenir. "Il vaut toujours mieux gagner son premier match mais une défaite ne signifie pas la fin d'une équipe", estimait-il.

Le quotidien populaire Correio da Manha se montrait plus critique sur la tactique du onze portugais. "A tant vouloir endormir l'Allemagne, le Portugal a eu grand peine à sortir de la torpeur alors qu'il fallait justement aller vite pour inverser le résultat".

"Rien n'est perdu. En avant Portugal !", encourageait en "Une" le journal Diario de Noticias tout en suggérant une stratégie pour l'avenir. Le Portugal "doit désormais chercher la qualification de manière ambitieuse sans les lamentations caractéristiques du football national et auxquelles, heureusement, ni l'entraneur, ni les joueurs ne participent", recommandait ainsi le quotidien.

bir/jgu

PLUS:afp