NOUVELLES

Euro-2012 - Espagne: Fabregas, faux neuf, vraie solution?

10/06/2012 02:25 EDT | Actualisé 10/08/2012 05:12 EDT

Le milieu de l'équipe d'Espagne Cesc Fabregas, préféré à la surprise générale à Torres ou Negredo par le sélectionneur Vicente Del Bosque pour occuper la pointe de l'attaque ibérique dimanche, a fait le travail en égalisant face à l'Italie.

Son but, né d'une belle combinaison avec David Silva (62), qui aura lui joué sur courant alternatif, donne une idée du potentiel offensif de ce joueur aussi à l'aise dans la création que dans la finition.

Mais l'absence d'actions véritablement dangereuses pour l'Espagne au cours des 45 premières minutes oblige toutefois à soulever cette interrogation: le solution du "faux neuf", comme l'appellent les Espagnols, est-elle véritablement le remède indiqué pour compenser le forfait d'un David Villa?

Très actif, se montrant longtemps l'un des joueurs espagnols les plus dangereux avec Iniesta, Fabregas aura signé une bonne prestation dimanche face aux Italiens.

Mais la rentrée de Fernando Torres, un avant-centre de métier à la 73e pour Fabregas invite forcément à comparer la performance des deux hommes.

Si "El Nino" n'a pas marqué, il a tout de même apporté un point de fixation non négligeable qui aura fait défaut à la Roja durant toute la première période.

Et si l'avant-centre de Chelsea s'est montré maladroit dans la finition, ajustant notamment mal son lob sur Buffon à la 84e, cela ne tranche pas nécessairement le débat entre "faux neuf" et "vraie pointe" au bénéfice de Fabregas.

Une chose est sûre: l'absence de Villa, auteur de cinq buts lors des huit réalisations inscrites par l'Espagne lors de son Mondial victorieux de 2010, va sans doute continuer à faire cogiter Del Bosque.

cle/mam

PLUS:afp