NOUVELLES

Banque du Vatican: Nouvelles révélations au sujet du président licencié

10/06/2012 12:05 EDT | Actualisé 09/08/2012 05:12 EDT

VATICAN, État de la Cité du Vatican - Le licenciement controversé du président de la banque du Vatican a pris un tour encore plus intrigant samedi avec la publication de documents montrant que des membres du conseil d'administration et même un psychiatre avaient soulevé des questions au sujet de son comportement des mois avant qu'il ne soit mis à la porte.

Le conseil de l'Institut pour les oeuvres de religion (IOR) a décidé à l'unanimité de remercier Ettore Gotti Tedeschi le 24 mai, limogeant ainsi un homme soigneusement choisi par l'un des proches collaborateurs du pape Benoit XVI pour remettre l'institution sur la bonne voie après des décennies de scandales.

Le travail de M. Gotti Tedeschi à la tête de l'IOR avait déjà été vertement critiqué par le conseil, qui soutenait qu'il avait miné les efforts de la banque pour être plus transparente alors que le Vatican tentait d'être admis sur la liste des pays qui partagent les renseignements financiers.

Samedi, le journal Il Fatto Quotidiano a publié une lettre écrite en mars par le Dr Pietro Lasalvia au directeur général de l'IRO au sujet de l'attitude d'Ettore Gotti Tedeschi durant une fête de Noël à la banque. Selon le psychiatre, certains points dans la conduite du président pouvaient être reliés à un trouble mental.

Le quotidien a également reproduit deux autres lettres de membres du conseil d'administration de l'IRO se plaignant de la gestion de M. Gotti Tedeschi et demandant son départ.

Le licenciement du président de la banque du Vatican a secoué le petit monde du Vatican, en partie à cause de ses liens étroits avec le pape. L'affaire a pris un tour encore plus inquiétant pour le Saint-Siège lorsque le domicile d'Ettore Gotti Tedeschi a été perquisitionné la semaine dernière dans le cadre d'une enquête sur des allégations de corruption et que des documents qu'il avait préparés pour contester sa mise à pied ont été saisis par la police.

M. Gotti Tedeschi et le directeur général de l'IRO font l'objet d'une investigation depuis 2010 parce qu'ils auraient enfreint les normes de l'Italie en matière de blanchiment d'argent en effectuant une transaction de routine entre un compte de l'institution et une banque italienne.

PLUS:pc