NOUVELLES

Syrie: 17 personnes tuées par des bombardements sur Deraa

09/06/2012 04:42 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

BEIRUT - Les forces syriennes ont bombardé tôt samedi matin la ville de Deraa, dans le sud du pays, tuant au moins 17 personnes, ont affirmé des militants.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme, basé à Londres, a avancé le chiffre de 17 morts, alors que les Comités locaux de Coordination ont affirmé que 19 civils avaient été tués. Plusieurs dizaines de personnes ont aussi été blessées dans ces bombardements, a-t-on précisé de même sources.

C'est à Deraa qu'a commencé le soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad, il y a 15 mois.

Un militant basé dans cette ville, Adel al-Omari, a précisé que le quartier de Mahata avait été la cible de bombardements. "Les gens ont été pris par surprise alors qu'ils étaient chez eux", a-t-il assuré.

A Damas, un militant, Maath al-Shami, a raconté que des affrontements avaient eu lieu entre des rebelles et des militaires dans les quartiers de Qaboun et Barzeh, jusqu'à environ 1h30 samedi.

Vendredi, de violents combats avaient opposé les troupes gouvernementales à des insurgés de l'Armée syrienne libre (ALS) dans le quartier de Kfar Souseh, dans la capitale.

Depuis le début du soulèvement, Damas était restée relativement épargnée comparativement à d'autres villes syriennes.

"La journée d'hier a constitué un tournant dans le conflit", a affirmé Maath al-Shami sur Skype. "Il y a eu des affrontements à Damas qui ont duré des heures. La bataille est à Damas maintenant."

Il a ajouté que des chars de l'armée avaient pilonné Qaboun et Barzeh jusqu'à minuit vendredi, et qu'au moins quatre personnes avaient été tuées. Selon lui, les chars se sont retirés avant le lever du soleil samedi, et la situation était relativement calme.

Un autre habitant de la capitale, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a dit avoir passé une "nuit de peur". Il a ajouté qu'il n'y avait jamais eu "jusqu'à présent" de telles fusillades et de telles explosions à Damas.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme et les Comités locaux de Coordination ont aussi signalé des bombardements et des affrontements à Homs (centre).

L'ONU estime que la répression du mouvement de contestation initialement pacifique a fait plus de 9.000 morts depuis la mi-mars 2011. L'opposition parle de plus de 13.000 morts. AP

pyr/v0186

PLUS:pc