NOUVELLES

Soudan: affrontements entre rebelles et forces gouvernementales au Darfour

09/06/2012 02:51 EDT | Actualisé 09/08/2012 05:12 EDT

Des rebelles ont pris le contrôle d'une zone dans la province soudanaise du Darfour (ouest) après des affrontements meurtriers avec des milices gouvernementales, a annoncé leur porte-parole samedi, faisant état de bombardements continus de l'armée.

"Les forces du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) ont pris vendredi le contrôle de la région de Oum Ajajah dans l'est du Darfour, détruisant un convoi de milices gouvernementales et saisissant 20 véhicules et gros camions chargés d'équipments militaires", a déclaré le porte-parole du JEM Gibril Adam Bilal.

"Il y a eu de victimes du côté des troupes gouvernementales, et nous avons capturé des soldats comme prisonniers de guerre", a dit à l'AFP le porte-parole du JEM, le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, sans préciser le nombre de morts ou de détenus.

"Nous nous attendons à de nouveaux combats aujourd'hui", a-t-il ajouté, soulignant que l'"armée de l'air soudanaise bombardait toujours (en début de soirée) la zone de Oum Ajajah".

Mais le porte-parole de l'armée, Sawarmi Khaled Saad, a nié que les troupes gouvernementales se trouvaient dans la région, accusant le JEM de pillage.

"Les rebelles ont attaqué des civils dans la région et pillé leurs propriétés. Ils ont aussi pillé la propriété d'une société qui construit des routes là-bas", a-t-il accusé.

Aucune confirmation n'a pu être obtenue auprès de la force de maintien de la paix au Darfour, la Minuad.

La semaine dernière, le porte-parole de l'armée avait fait état de la mort de 45 rebelles du JEM qui s'adonnaient à des pillages dans l'est du Darfour, accusations démenties par les rebelles qui avaient pris le contrôle d'un complexe de l'armée à l'est d'El-Facher, capitale de la province du Darfour-Nord.

Le porte-parole du JEM a nié samedi les accusations de pillage, dénonçant des "mensonge de la part du gouvernement": "Nous attaquons uniquement les troupes et les milices gouvernementales, dans le Kordofan-Nord, le Kordofan-Sud et l'est du Darfour".

En 2003, les mouvements issus des tribus non-arabes du Darfour se sont soulevés contre le gouvernement soudanais, dominé par des Arabes. Le régime avait réagi en envoyant des milices, entraînant une guerre civile qui a fait au moins 300.000 morts selon l'ONU, 10.000 selon Khartoum.

sma-str/feb/cnp

PLUS:afp