NOUVELLES

La télévision égyptienne arrête un spot appelant à se méfier des étrangers

09/06/2012 09:01 EDT | Actualisé 09/08/2012 05:12 EDT

La télévision publique égyptienne a arrêté la diffusion d'un spot appelant la population à se méfier des étrangers, présentés comme des espions en puissance, après une vague de critiques, a indiqué samedi à l'AFP un responsable.

"La diffusion a été arrêtée vendredi soir car nous craignons que le spot soit mal compris", a déclaré Ali Abderrahmane, le président des chaînes publiques spécialisées comme Nile Drama.

La vidéo (visible à cette adresse: http://www.youtube.com/watch?v=_1yj5IlyZqo&feature=share) mettait en scène un jeune homme présenté comme un étranger cherchant à entrer en contact avec un groupe de jeunes Egyptiens dans un café. Accueilli à bras ouverts, il écoute attentivement leur conversation.

"Il s'immiscera dans vos coeurs comme si vous le connaissiez depuis longtemps", dit la voix off sur fond d'une musique dramatique.

"Dans le métro je les ai entendus comploter contre l'armée" au pouvoir, "on a une crise dans les transports, les prix flambent", disent les jeunes Egyptiens. Autant d'"informations importantes qu'il obtient gratuitement", selon la voix off.

"Really?" (vraiment?), réagit l'étranger, avant de pianoter lesdites informations sur un téléphone portable "alors que vous ne savez pas qui il est ni ce qu'il cache", poursuit la voix, solennelle.

La vidéo se termine sur un avertissement: "Pesez vos paroles. Toute parole a son prix. Une parole peut sauver une nation".

Le spot s'est attiré les foudres de nombreux Egyptiens, qui ont réagi avec colère ou ironie sur les réseaux sociaux en le qualifiant de "ridicule" et "xénophobe".

Beaucoup y ont vu une menace directe pour les journalistes étrangers à quelques jours du second tour de la présidentielle (16-17 juin), qui aura lieu dans un contexte politique et social tendu.

Les reporters étrangers doivent souvent faire face aux suspicions et sont régulièrement accusés de "salir" la réputation de l'Egypte dans leurs articles.

Les étrangers, et en particulier les journalistes, avaient été la cible d'une virulente campagne de dénigrement pendant la révolte contre le régime de Hosni Moubarak l'an dernier. Plusieurs d'entre eux avaient été arrêtés ou pris à partie.

ra-iba/cnp

PLUS:afp