Grand Prix : deux premières arrestations

Publication: Mis à jour:
ARRESTATION GRAND PRIX
Radio-Canada.ca

Une forte mobilisation policière est constatée dans le réseau de métro de Montréal ainsi qu'à l'île Notre-Dame où se trouve le site du circuit Gilles-Villeneuve.

Deux personnes, qui transportaient des objets pyrotechniques, ont été arrêtées par les policiers.

La police a également dispersé une foule au métro Berri-Uqam.

Des centaines d'amateurs de course automobile ont franchi les tourniquets tôt samedi pour assister à une séance d'essais libres du Grand Prix du Canada. Les qualifications auront lieu en après-midi, avant de laisser place à la course, dimanche.

Les escouades antiémeute et canine du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) sont notamment déployées sur l'île Notre-Dame. Les policiers effectuent également des patrouilles nautiques autour de l'île.

Des agents de la Sûreté du Québec sont aussi postés aux abords du pont Jacques-Cartier.

La sécurité a été renforcée en raison de la contestation dont fait l'objet le Grand Prix et des menaces qui pèsent sur l'événement.

Vendredi soir, les différents corps policiers n'ont pas eu la tâche facile. Des manifestants ont tenté de franchir l'important cordon policier déployé sur la rue Crescent, au centre-ville de Montréal. Le SPVM a fait état de 12 arrestations pour différents actes criminels et entraves aux règlements municipaux.

Par ailleurs, en avant-midi, des cyclistes nus ont défilé rue Notre-Dame Est, à Montréal, escortés par des voitures de police. Il n'était pas clair toutefois quels étaient les motifs de leur manifestation à vélo.

La CLASSE n'entend pas perturber le Grand Prix

La CLASSE a réitéré samedi qu'elle n'avait pas l'intention de perturber le Grand Prix, mais n'exclut pas la possibilité d'un coup d'éclat de la part de certains groupes étudiants.

Le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, a précisé qu'il n'était pas facile de connaître les plans des mouvements étudiants qui gravitent autour de son organisation.

Des militants de la CLASSE envisagent nottament de distribuer un journal conçu spécifiquement pour le Grand Prix. L'objectif est, entre autre, de dénoncer l'image de la femme véhiculée par le monde de la Formule 1. La CLASSE sera donc présente, dimanche, à proximité de la rue Crescent et sur l'île Sainte-Hélène.

Tout en reconnaissant que le mouvement traverse une période de flottement, surtout en raison du retour de certains étudiants en région, M. Nadeau-Dubois demeure confiant que les deux grands rassemblements prévus le 22 juin et le 22 juillet seront des succès.

Invité au Festival des solidarités, le porte-parole de la CLASSE a aussi réagi aux critiques de l'ancien chef bloquiste, Gilles Duceppe, dirigées à l'encontre de son regroupement.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

46e manif nocturne
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Conflit étudiant: des employés du Grand Prix visés par la police ...

Ouverture du grand prix: manifestations à Montréal | Cyberpresse

GP du Canada : affrontements entre groupes radicaux et policiers à ...

Pas de Grand Prix pour Machouf-Khadir

Le GP du Canada dans le viseur des étudiants