NOUVELLES

WikiLeaks: la juge doit statuer sur l'abandon de dix charges contre Manning

08/06/2012 09:41 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

Le soldat Bradley Manning, accusé par la justice militaire américaine d'avoir transmis des milliers de documents au site WikiLeaks, devait apprendre vendredi si dix des 22 chefs d'accusation qui pèsent contre lui seront abandonnés.

Au troisième et dernier jour d'une audience préliminaire sur la base militaire de Fort Meade (Maryland, est), la juge militaire Denise Lind devait rendre sa décision concernant la requête des avocats du jeune soldat américain.

La défense a demandé l'abandon des huit chefs d'accusation pour détention illégale et transmission d'informations classifiées. S'appuyant sur la loi sur l'espionnage, elle estime que le gouvernement utilise des termes "vagues et trop larges", a plaidé jeudi Joshua Tooman, avocat militaire de Manning.

Elle estime que les expressions "concernant la défense nationale" et "au détriment des Etats-Unis ou à l'avantage de n'importe quelle nation étrangère" sont "anticonstitutionnellement vagues" ou "trop larges" en violation des 1er et 5e amendements de la Constitution, peut-on lire dans cette requête.

Les avocats de Bradley Manning estiment en outre que, pour deux chefs d'accusation d'"usage excessif" de l'accès autorisé au réseau informatique du ministère de la Défense, l'accusation n'a "pas établi le délit".

"Toute personne qui télécharge de la musique ou une vidéo outrepasse les droits qui lui sont accordés", a déclaré à l'audience de jeudi David Coombs, avocat civil de Manning.

"C'est complètement différent" de quelqu'un qui télécharge des câbles diplomatiques sur le réseau du gouvernement, a rétorqué le procureur Joe Morrow.

Ancien analyste du renseignement en Irak, Bradley Manning a été formellement accusé fin février de "collusion avec l'ennemi", la plus grave des 22 charges qui lui vaut d'encourir la réclusion criminelle à perpétuité. En avril, la juge Denise Lind a rejeté une requête de la défense de Bradley Manning, qui demandait l'abandon de ce chef d'accusation.

Le soldat de 24 ans n'a pas annoncé s'il plaiderait coupable ou non coupable. Il est accusé d'avoir transmis à WikiLeaks, entre novembre 2009 et mai 2010, des documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan, et 260.000 dépêches du département d'Etat, déclenchant une tempête dans la diplomatie mondiale.

chv/sf

PLUS:afp