NOUVELLES

Washington "inquiet" d'un surcroît de tensions religieuses en Birmanie

08/06/2012 02:33 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

Washington a exprimé son inquiétude vendredi au sujet de meurtres inter-religieux survenus en Birmanie et a appelé le gouvernement, relativement enclin à la réforme, à accélérer le processus de réconciliation entre les minorités religieuses du pays.

"Nous sommes profondément inquiets quant au fait rapporté d'une foule qui a tué 10 pèlerins musulmans, les faisant descendre d'un bus et les battant à mort", a dit à la presse la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

Les tensions inter-religieuses se sont ravivées dans l'ouest birman alors que plusieurs centaines de membres de la minorité rakhine, majoritairement bouddhiste, s'en étaient pris dimanche à un bus où ils pensaient trouver les responsables du viol et du meurtre récents d'une jeune femme à Taunggote, dans l'Etat Rakhine.

Dix musulmans avaient été tués, dont aucun ne semblait impliqué dans ce crime.

Des responsables du gouvernement ont affirmé que quatre autres personnes avaient été tuées vendredi dans cet Etat, apparemment lors d'une attaque où des musulmans ont mis le feu à des villages bouddhistes.

A Washington, Mme Nuland a insisté sur "l'importance du redoublement d'efforts du gouvernement et des minorités pour un processus de paix qui comprenne un cessez-le-feu et de vrais négociations".

Le président Thein Sein, depuis son arrivée au pouvoir l'année dernière, est entré en contact avec les minorités ethniques, qui peuplent surtout le nord de la Birmanie et sont en conflit depuis des décennies avec le gouvernement et l'armée birmane.

Malgré ce signe d'ouverture, les tensions restent vives avec les musulmans, qui représentent selon des estimations 4% de la population. Ces musulmans Rohingya, victimes d'un mépris virulent, comptent parmi les minorités les plus persécutées au monde, selon les Nations unies.

sct/lor/eg

PLUS:afp