NOUVELLES

Une militante anti-avortement perd sa cause à la Cour suprême du Canada

08/06/2012 01:12 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Une des militantes les plus actives contre l'avortement a perdu, vendredi, son appel en Cour suprême du Canada.

Par un écart de huit contre un, les juges ont rejeté les arguments de Linda Dale Gibbons qui affirmait qu'elle n'aurait jamais dû faire face à des accusations au criminel pour avoir manifesté trop près d'une clinique d'avortement de Toronto.

Le plus haut tribunal du pays ne s'est pas ingéré dans le débat sur l'avortement en concluant simplement que la militante devait faire face à des accusations criminelles.

Linda Dales Gibbons maintient qu'elle n'aurait pas dû être accusée criminellement mais bien en fonction du code civil pour avoir désobéi à un ordre de la Cour.

Elle soutient qu'elle aurait dû obtenir une exemption qui lui aurait permis de ne pas être jugée criminellement, mais les juges ont refusé.

La femme de 63 ans manifeste fréquemment devant des cliniques d'avortement depuis près de deux décennies. Elle a passé un total de neuf ans derrière les barreaux de façon intermittente.

Sa dernière arrestation remonte au mois de décembre. Celle-ci est survenue deux jours après que son avocat ait décidé de porter sa cause en Cour Suprême.

L'appel perdu vendredi concerne une infraction commise en 1994, alors que la Cour de l'Ontario lui avait ordonné de demeurer à plus de 20 mètres des cliniques d'avortement de Toronto.

Linda Dale Gibbons a aussi été accusée de ne pas avoir respecté les ordonnances de la Cour en octobre 2008.

PLUS:pc