WASHINGTON - Un soldat américain s'est donné la mort pratiquement chaque jour depuis le début de l'année, démontrent des données obtenues par l'Associated Press, soit le rythme le plus élevé des dix dernières années.

Les 154 soldats qui se sont suicidés pendant les 155 premiers jours de l'année représentent un bilan environ 50 pour cent plus lourd que celui des pertes américaines en Afghanistan.

Ces données témoignent du fardeau imposé aux forces armées américaines par leurs déploiements en Irak et en Afghanistan. L'armée américaine doit aussi composer avec une augmentation des cas d'agressions sexuelles, d'alcoolisme, de violence domestique et autres problèmes.

La hausse dénotée cette année a pris les responsables par surprise, après que la situation se soit stabilisée en 2010 et 2011.

Les raisons qui sous-tendent cette augmentation sont mal comprises. Certains évoquent toutefois une participation aux missions de combat, des épisodes de stress post-traumatique, l'utilisation incorrecte de médicaments de prescription et des problèmes financiers personnels. Des données compilées par l'armée permettent aussi de croire que les soldats qui ont participé à de multiples missions de combat sont plus à risque de se suicider, même si plusieurs militaires qui se sont enlevés la vie n'avaient jamais été envoyés au front.

Les 154 soldats américains qui s'étaient suicidés en date du 3 juin représentent une hausse de 18 pour cent comparativement aux 130 qui avaient posé le même geste à pareille date l'an dernier.

L'armée américaine dit avoir mis en place de multiples ressources pour venir en aide aux militaires mais ceux qui ont besoin d'aide évitent souvent à s'en prévaloir, puisqu'ils y voient un signe de faiblesse qui pourrait nuire à leur carrière.