NOUVELLES

Pas de progrès dans les discussions entre les Soudans, reprise le 19 juin

08/06/2012 03:02 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

Le Soudan et le Soudan du Sud ont suspendu leurs pourparlers sans se mettre d'accord sur une zone tampon démilitarisée à leur frontière commune, mais ils doivent les reprendre le 19 juin, a annoncé vendredi l'Union africaine (UA).

Ces pourparlers, entamés le 30 mai à Addis Abeba, étaient les premières discussions directes entre les deux voisins depuis que les tensions accumulées après la sécession de juillet 2011 ont dégénéré en combats meurtriers à la frontière entre fin mars et début mai.

"Les négociations n'ont pas permis d'aboutir à un accord. Les deux parties ont été incapables de tracer une zone démilitarisée", a déclaré à l'AFP le ministre sud-soudanais des Affaires gouvernementales Deng Alor, à Addis Abeba, siège de l'UA, qui assure une médiation dans cette crise.

Le ministre soudanais de la Défense, Abdelrahim Mohammed Hussein, a plus tôt accusé le Soudan du Sud d'avoir cherché à créer dix nouveaux points de désaccords frontaliers.

"La carte proposée par le Soudan du Sud, qu'il considère comme une base pour la zone de démilitarisation (...), ne reflète pas un esprit amical ou une intention de parvenir à la paix", a-t-il dit, cité par l'agence officielle Suna.

"Au lieu de cela, (le Sud) veut créer dix zones disputées entre les deux pays, comme Abyei", a dénoncé M. Hussein, en référence à une région de terres fertiles contestée pour laquelle les négociations sont actuellement dans l'impasse.

Selon M. Hussein, les deux parties ont pris la décision de principe au cours des négociations de cesser toute hostilité, de retirer leurs troupes du territoire de l'autre et d'arrêter de soutenir et d'héberger les rebelles.

L'UA a confirmé ces trois dernières décisions dans un communiqué. Mais elle a aussi parlé de "progrès substantiels" dans les discussions sur la définition géographique de la zone frontalière démilitarisée et sur une zone de sécurité temporaire le long de la frontière commune.

Les discussions doivent reprendre le 19 juin à Addis Abeba et seront axées sur les questions frontalières, a-t-elle ajouté.

Le ministre soudanais avait dit que son pays était prêt à reprendre les négociations si l'UA le proposait.

Les négociations visent à régler les différends qui opposent toujours les deux pays, onze mois après la partition, en particulier le tracé de la frontière commune, le partage des ressources pétrolières ou le statut des zones contestées comme celle d'Abyei.

Le Soudan et le Soudan du Sud s'accusent aussi mutuellement d'alimenter une rébellion chacun sur le sol de l'autre.

sma-str-ayv/hv/tp/fc/sba

PLUS:afp