NOUVELLES

Obama recadre ses propos sur l'économie après des critiques républicaines

08/06/2012 03:57 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

Le président Barack Obama a concédé vendredi que l'économie américaine "ne se porte pas bien", après avoir été critiqué par ses adversaires républicains pour des propos optimistes sur le secteur privé quelques heures plus tôt.

"Il est absolument évident que l'économie ne se porte pas bien", a déclaré M. Obama après avoir rencontré le président philippin Benigno Aquino en début d'après-midi.

Plus tôt, lors d'une conférence de presse, le président avait tenté de mettre en valeur son bilan économique. "Nous avons créé 4,3 millions d'emplois au cours des 27 derniers mois. Plus de 800.000 cette année seule. Le secteur privé se porte bien", avait-il déclaré.

Son adversaire à la présidentielle du 6 novembre, Mitt Romney, a immédiatement réagi en affirmant que ces propos allaient "rester dans l'histoire". "C'est une erreur de calcul et une incompréhension extraordinaire de la part d'un président qui est déconnecté de la réalité", a jugé M. Romney.

Au Congrès, la première déclaration du président a aussi été la cible des responsables républicains.

"Nous venons d'écouter le président des Etats-Unis dire que le secteur privé se porte bien. Et ma question au président serait la suivante: vous plaisantez? A-t-il vu les chiffres de l'emploi qui sont sortis la semaine dernière? La secteur privé ne va pas bien", a déclaré à la presse le chef de la majorité républicaine de la Chambre, Eric Cantor.

Le taux de chômage est remonté à 8,2% en mai, mois où seuls 69.000 nouveaux emplois ont été créés, faisant craindre un ralentissement de l'économie de mauvais augure pour les chances de réélection de M. Obama dans cinq mois.

"M. le président, faites-moi confiance, le secteur privé ne se porte pas bien", a dit pour sa part le président de la Chambre, John Boehner, lors du même point presse au Capitole.

M. Obama n'est pas totalement revenu sur ses déclarations mais les a atténuées, estimant vendredi après-midi que "nous avons été témoins d'un mouvement positif dans le secteur privé". Ce secteur, selon lui, "n'a pas été ce qui a le plus handicapé l'économie".

Mais "l'économie ne se porte pas bien. Trop de gens sont sans emploi, le marché immobilier est toujours affaibli et trop de gens doivent davantage que la valeur de leur maison. C'est précisément la raison pour laquelle j'ai demandé au Congrès de commencer à prendre des mesures qui peuvent faire une différence", a-t-il affirmé.

"Ce qui met les gens en colère, c'est que nous nous retrouvions empêtrés dans des enfantillages au lieu de parler de ce qui pourrait être utile", a déploré M. Obama, en passant à l'offensive contre ses adversaires.

"Je serais intéressé d'entendre du Congrès et de M. Romney les mesures qu'ils veulent prendre dès maintenant pour faire la différence. Jusqu'ici, tout ce que nous avons entendu, ce sont des réductions d'impôts pour les gens qui s'en sortent très bien", a-t-il lancé.

A l'automne 2008, en pleine crise financière, le candidat républicain à la présidentielle John McCain avait dû essuyer des critiques semblables, cette fois du camp démocrate, lorsqu'il avait déclaré que les "fondamentaux" de l'économie américaine étaient "solides".

emp-tq/eg

PLUS:afp