NOUVELLES

L'OTAN s'excuse pour la mort de civils afghans lors d'un attaque

08/06/2012 05:47 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

BASE AERIENNE DE KANDAHAR, Afghanistan - Le général américain et commandant en chef des forces de l'OTAN en Afghanistan, John Allen, a présenté ses excuses, vendredi, pour la mort de 18 civils, dont la moitié était des enfants, lors d'une frappe aérienne survenue mercredi.

Le général Allen a passé plusieurs heures en compagnie des chefs locaux et de la population afin de présenter ses condoléances aux familles des victimes. L'attaque en vue de capturer un réseau d'insurgés talibans oeuvrant dans le district du Baraki Barak a eu lieu dans la province de Logar.

Le militaire a déclaré qu'il prenait ces décès très au sérieux et qu'il partageait le deuil des familles, tout en ajoutant qu'il avait lui-même des enfants et qu'il pouvait ressentir le poids de leur peine.

L'Isaf, la force de l'OTAN en Afghanistan, a dit avoir procédé à un bombardement de précision après que des insurgés eurent attaqué des troupes afghanes et celles de la coalition avec des armes de petit calibre et une grenade. Elle a aussi confirmé qu'elle était responsable pour la mort accidentelle de civils afghans.

Le président Hamid Karzaï a manifesté son irritation face à ces frappes de nuit, soutenant que ces attaques mettent souvent en danger la vie des villageois. Les autorités militaires soutiennent de leur côté que ces opérations permettent de cerner et de capturer les chefs talibans.

Selon le Dr Wali Wakil, un médecin taliban qui a examiné les corps, des villageois lui auraient rapporté qu'un groupe d'insurgés avait décidé de passer la nuit dans une résidence où on célébrait un mariage, ce qui aurait pu les mettre à l'abri d'une poursuite des forces de la coalition. À leur arrivée sur les lieux, les troupes locales et celles de l'OTAN auraient sommé les civils de sortir, mais les insurgés les en auraient empêchés.

Le général Allen a soutenu de son côté que les forces de l'OTAN ne savaient pas qu'il y avait des civils à l'intérieur.

Selon le médecin, outre six combattants talibans, 18 civils ont été abattus dont quatre femmes et neuf enfants. La police a fait savoir que le chef des talibans du district avait été tué.

PLUS:pc