NOUVELLES

La pression se fait sentir pour inclure Ottawa dans un accord de libre-échange

08/06/2012 05:04 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - L'absence du Canada aux discussions sur la proposition de Partenariat Trans-Pacifique (PTP) a dominé les échanges bilatéraux dans la capitale américaine, l'administration Obama étant sous pression pour accueillir son voisin du Nord à la table des négociations.

Deux fois cette semaine, des responsables de l'administration américaine ont été publiquement questionnés à savoir si le Canada serait autorisé à participer aux discussions sur le PTP, une entente commerciale qui selon plusieurs surpasserait, quant à son importance économique, l'Accord de libre-échange nord-américain.

Le Canada, le Japon et le Mexique tentent depuis des mois de convaincre la Maison-Blanche de leur donner accès aux négociations.

Selon Mike Froman, conseiller adjoint national en sécurité pour les dossiers économiques internationaux, les États-Unis doivent encore déterminer si les demandes des trois pays seront examinées simultanément ou si elles devraient être considérées séparément.

En prévision de la rencontre du G20 à Los Cabos au Mexique, dans deux semaines, les questions à propos du PTP deviennent plus pressantes dans la foulée des réponses vagues de l'administration Obama. Il s'agit du principal dossier dans les conversations bilatérales entre des responsables gouvernementaux canadiens à Washington et leurs homologues américains.

Des responsables des deux côtés de la frontière craignent que les entreprises canadiennes ne puissent profiter de la croissance rapide des marchés asiatiques si elles sont exclues du PTP.

Au dire de Sam Boutziouvis, un haut responsable du Conseil canadien des chefs d'entreprise, si le PTP est véritablement le principal accord économique du 21e siècle, cela impliquera des changements aux règles d'origine des produits et aux chaînes d'approvisionnement, ce qui signifie que le Canada doit être impliqué dans les négociations.

Les États-Unis et huit autres pays, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Chili, le Pérou, le Viêtnam, la Malaisie, Singapour et le Brunéi, travaillent présentement à la mise au point de cet accord de libre-échange. Les neufs participants espèrent s'entendre entre autres sur les conditions de travail, l'environnement et la protection des droits de propriété intellectuelle.

PLUS:pc