NOUVELLES

La France favorable à l'initiative pour un nouveau groupe de contact sur la Syrie

08/06/2012 07:53 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

La France est "favorable" à l'initiative du médiateur international Kofi Annan pour la création d'un nouveau groupe de pays chargés de résoudre la crise en Syrie, a indiqué vendredi le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Bernard Valero.

"Nous sommes favorables à toute initiative susceptible de favoriser la mise en oeuvre effective du plan Annan", a déclaré M. Valero interrogé sur l'idée lancée par Kofi Annan d'un groupe restreint de pays oeuvrant à trouver une solution en Syrie après plus de 15 mois de contestation du pouvoir du président Bachar al-Assad et de répression.

Paris est en revanche toujours opposé à la participation de l'Iran, allié de Damas, à ce groupe de contact qui pourrait regrouper, selon des diplomates, les Occidentaux et des puissances régionales comme la Turquie et l'Arabie saoudite, ainsi que la Russie et la Chine, deux alliés de Damas.

"Ce qui a été dit il y a deux jours par Laurent Fabius est toujours valable", a souligné M. Valero.

Le ministre français des Affaires étrangères avait déclaré mercredi à l'AFP que l'Iran ne peut "en aucun cas" être associé à une conférence sur la Syrie.

La Russie et la Chine sont par ailleurs invités à participer le 6 juillet à Paris à la réunion du groupe des Amis du peuple syrien.

La Russie, comme la Chine, n'ont jamais participé à cette instance, qui s'est déjà réunie le 24 février à Tunis et le 1er avril à Istanbul, sans parvenir à influer de façon déterminante sur la situation en Syrie.

Pour Paris, la réunion des Amis du peuple syrien, qui vise à "faire pression" n'est pas incompatible avec la création d'un nouveau groupe de contact.

La crise en Syrie risque de devenir "incontrôlable", selon le médiateur Kofi Annan si la pression internationale sur Damas ne produit pas rapidement des résultats.

Plus de 13.400 personnes, pour la plupart des civils, ont péri lors des quinze derniers mois en Syrie, selon l'organisation syrienne des droits de l'Homme (OSDH).

prh-kat/hr/hba

PLUS:afp